Glaise, salpêtre et lumière

Jeune de trois quarts de siècle, je pars du néant pour terminer ma vie professionnelle comme gérant de sociétés. Autodidacte, doué pour le dessin mais peu enclin à l’écriture c’est pourtant avec une plume en main et non un fusain que j’aborde mon 846ème mois d’existence durant lesquels « liberté et insouciance » furent les deux mots clefs.
Je fais aujourd’hui appel à vous pour réaliser ensemble ce projet d’édition. Je vous propose de contribuer à la naissance d’un livre et de devenir des partenaires pour cette création. Votre nom en tant que contributeur sera présent dans le livre que vous recevrez en avant-première !

39,00
financé sur 990,00
3
contributeurs
3.94%
collecté
Minimum amount is € Maximum amount is €

Description

J’ai écrit ce livre car en vieillissant la totale absence de mon père dans ma vie se faisait plus aigüe, le désert qu’elle a toujours représenté était chaque jour plus aride et désolant. Une naissance, comme un miracle, dans un endroit improbable qui ne peut être le fruit d’aucune imagination tellement elle est hors norme, quelques heures seulement avant que le corps de mon papa ne soit perforé par des balles nazies dans une cour de prison aux murs noirs tapissés de trous meurtriers. Au côté d’une maman moribonde je sortirai de ce boyau fait de glaise, de salpêtre et d’eau pour respirer la lumière. Les bonnes fées m’offriront en héritage une tignasse aux reflets roux, des taches de rousseur par centaines et un bégaiement qui fera de moi le souffre-douleur d’une école toute entière. Puis je grandis en regardant ma mère se faire massacrer de coups par un beau-père alcoolique.
Pourtant ce livre crie « VIVE LA VIE ».


« Le six juin prochain sera l’anniversaire du débarquement. Aux aurores, nos cousins américains envahissaient nos rivages pour nous libérer du fléau nazi. Ils laisseront derrière eux, des milliers de leurs frères, venus offrir leurs vies, pour la liberté d’hommes et de femmes qu’ils ne connaissaient même pas. Ce jour-là, sur nos plages, l’or du sable s’unissait au pourpre de sang des sacrifiés, sous un ciel déchiré et rouge de colère. Ces soldats, ces jeunes hommes, stoppés net par un mur de feu, ensablés à jamais, seront à plusieurs reprises recouverts par les marées.
Quelques heures auparavant, je débarquais également, mais sous terre – comme une larve de hanneton – libérant ma maman d’un calvaire de tortures et de douleurs que je lui infligeais déjà depuis des heures.
Un miracle ! Ma naissance fut comme un véritable miracle. Je n’aurais jamais dû naître, surtout en parfait état, en tout cas, pas sans séquelles.
Après avoir frappé, torturé, arrêté de nombreuses personnes, dans différentes exploitations agricoles, les acolytes de cet Hervé se rendront à la ferme de Saint Sylvain. Outre le couple de propriétaires, qu’ils persécuteront, martyriseront, violenteront et défigureront, trois hommes, résistants, réfractaires en possession de faux papiers, étaient présents : Maurice Billy, Paul Vivier et Paul Chaléat mon père.
Maman n’avait pu être remontée de ce souterrain, dont le sol de terre glaise, était gorgé d’eau. Les murs, tapissés de salpêtre, ruisselaient. Une forte odeur de soufre et d’humidité se dégageait de cet endroit. Ce qui rendait l’air irrespirable et malsain. À chaque spasme, les douleurs lui arrachaient des cris. Au fil des heures, des cernes apparaissaient. Son calvaire s’amplifiait. Sa mine était cireuse, Glaiseuse, Blafarde. Crayeuse.
Oublions les mauvais génies, qui ne sont que des médecins. Faisons appel, à la seule sage-femme digne de ce nom. Fière de son métier, madame Girardot, la maman de l’actrice, que ma grand-mère connaissait. Ma mère fera, dans ce trou à rats, un accouchement dystocique.
Les nazis vont exécuter quatre-vingt-neuf martyrs. Dans la journée du 6 juin 1944. Une dernière fois, ils poussèrent mon papa, ainsi que ses compagnons de torture, dans l’escalier de fer qui descendait vers la mort. Dans le fond des courettes, intérieures ou extérieures, les mains sur la tête, une larve le précipitera, devant les murets de la honte, déjà criblés de trous, causés par des centaines de tirs meurtriers. »

Contreparties

6,00

- Un message de remerciement
- Votre nom de contributeur dans mon livre
0 contributeurs

12,00

- Mon livre en format ebook
- Votre nom de contributeur dans mon livre
0 contributeurs

19,00

- Un exemplaire papier dédicacé de mon livre en avant-première
- Votre nom de contributeur dans mon livre
2 contributeurs

29,00

- Un exemplaire papier dédicacé de mon livre en avant-première
- Mon livre en format ebook
- Votre nom de contributeur dans mon livre
0 contributeurs

45,00

- Un exemplaire papier dédicacé de mon livre en avant-première
- Un second exemplaire à offrir dédicacé au nom de la personne de votre choix
- Mon livre en format ebook
- Votre nom de contributeur dans mon livre
0 contributeurs

75,00

- Un exemplaire numéroté en tirage spécial de mon livre en avant-première dédicacé par moi-même
- Mon livre en format ebook
- Deux exemplaires à offrir dédicacés aux noms des personnes de votre choix
- Votre nom de contributeur dans mon livre
- Un remerciement spécial au contributeur en quatrième de couverture
- Une rencontre avec l'auteur
0 contributeurs
  • Le budget souhaité

    Mon budget idéal serait de 990 €. La publication nécessite de participer à la correction, la mise en page, l’impression et la commercialisation afin que ce travail de création soit le mieux valorisé possible.

    Les participations seront réparties de cette manière :

    – 20 % pour la correction, la mise en page et la création de la couverture ;

    – 55 % pour l’impression.

    – 25 % pour la promotion.

    C’est pourquoi aujourd’hui je fais appel à vous, auteurs, lecteurs, passionnés de lecture !

    Votre soutien me sera précieux et c’est pourquoi je vous propose différentes contreparties en échange de votre aimable soutien.

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Seulement les clients connectés ayant acheté ce produit peuvent laisser un avis.

Scroll to top