La cure d’Angèle

La cure d’Angèle est née d’une expérience personnelle, après une cure thermale prescrite en raison de troubles du sommeil. J’ai commencé à écrire ce que je vivais, chaque jour, sans but précis. Puis, consciente que je faisais une expérience de vie exceptionnelle, l’envie de la partager s’est imposée. Je ne pouvais garder pour moi seule une expérience possiblement utile à toutes les personnes privées de sommeil, ou souffrant d’autres pathologies.

Je vous propose de participer à la naissance de mon livre en m’aidant à faire de sa parution prochaine avec les Éditions Maïa, un succès. Plus les préventes seront nombreuses, plus il sera promu et diffusé. En retour, vous y graverez votre empreinte et y serez mentionnés en page de remerciements (selon accord). Vous recevrez ainsi le livre en avant-première, frais de port inclus !

6,00 de préventes
1 Contributeur
Préventes :
0.61%
Objectif : 990,00
Minimum amount is € Maximum amount is €
Creator
1 Projet(s)

Angèle, quarante ans, ne dort plus et part en cure thermale. Personnage principal et narratrice, elle partage avec le lecteur ce qu’elle vit pendant la cure et en dehors. Jour après jour, le lecteur chemine avec elle, et s’immerge dans sa cure thermale. Il partage ses résistances, ses désillusions, mais aussi ses joies et surtout l’espoir qui l’anime. Il découvre les causes de ses insomnies, nichées dans ses blessures les plus secrètes. La cure thermale sert aussi de trame, et sur cette trame viennent se déposer les préoccupations d’Angèle, jeune femme des années 2020. En cela, la cure d’Angèle est aussi un miroir de la société.

La cure d‘Angèle s’adresse aux personnes souffrant de troubles du sommeil, ou de troubles psychosomatiques en général (stress, dépression, anxiété, Burn out, fibromyalgie, etc.), ou d’autres pathologies, et qui n’ont pas trouvé de solution à leurs maux. Il s’adresse également à celles et ceux qui hésitent encore à se lancer dans une thérapie longue de trois semaines.

Extrait de  La cure d’Angèle  par Marie-Noëlle Fouque

« Mon départ en cure avait surpris tout le monde. Quand deux mois plus tôt, toute contente, j’avais annoncé à ma famille avoir trouvé la solution à mon problème de sommeil, elle ne s’attendait pas à ce que ce soit une cure thermale. Il y avait alors eu un léger flottement dans l’air, à peine perceptible. Une cure, ça semblait si improbable ! De surcroit, je mettais le paquet avec une cure thermale conventionnée de trois semaines.
Une fois l’effet de surprise passé, après en avoir discuté, chacun s’était montré compréhensif et encourageant. « Vas-y maman ! Si ça peut t’aider à dormir… », m’avait dit Pauline. « T’aurais pas une petite place pour moi ? », m’avait demandé Juliette. « C’est bien d’essayer » avait conclu Oliver. Plus tard, je m’en étais voulu de leur avoir annoncé ça comme ça, au cours d’un repas familial. Imaginer sa mère ou son épouse en cure thermale n’était peut-être pas si facile, tout bien réfléchi.
Qui disait cure, disait souci de santé, et les clichés véhiculés par les médias n’aidaient pas non plus. Pour beaucoup, seuls les beaux vieux riches allaient en cure thermale ou en thalasso. Je n’avais pas le profil.

L’idée de la cure était arrivée telle une illumination après une nuit blanche. La nuit blanche de trop. J’allais craquer, je le sentais, c’était pour bientôt, à cause de cette tension intérieure qui ne voulait plus céder au délice de la moindre petite détente. Mon cœur allait flancher, mes nerfs cramer, mon cerveau disjoncter. Je me sentais condamnée à perpétuité à ne pas dormir. À tourner en rond dans mon lit. À me lever en pleine nuit. J’allais en crever. C’était trop « con ».
Depuis le temps que j’étais enfermée dans le cercle vicieux de l’insomnie sans trouver d’échappatoire — je me couchais inquiète en pensant que je n’allais jamais réussir à m’endormir —, il fallait que ça cesse, et vite. J’avais aussitôt lancé une recherche sur internet et d’emblée une adresse de centre thermal était apparue. Un clic plus tard, je faisais face à une photo des Thermes de Saint-Martin. Je peinais à croire ce que je voyais. La liste des indications ne laissait pourtant aucun doute : stress, anxiété, dépression, trouble du sommeil, Burn out, fibromyalgie… « Mais pourquoi n’y avais-je pas pensé plus tôt ? »»

Contreparties

12,00
- Le livre en format numérique
- Votre nom de contributeur dans le livre
0 contributeurs
19,00
- Un exemplaire papier
- Une dédicace en avant-première
- Votre nom de contributeur dans le livre
0 contributeurs
29,00
- Un exemplaire papier
- Une dédicace en avant-première
- Le livre en format numérique
- Votre nom de contributeur dans le livre
0 contributeurs
45,00
- Un exemplaire papier
- Une dédicace en avant-première
- Un second exemplaire à offrir à la personne de votre choix
- Le livre en format numérique
- Votre nom de contributeur dans le livre
0 contributeurs
75,00
- Un exemplaire papier
- Une dédicace en avant-première
- Deux autres exemplaires à offrir aux personnes de votre choix
- Le livre en format numérique
- Un remerciement spécial au contributeur en couverture du livre
- Une rencontre avec l’auteure
0 contributeurs
  • Les étapes de la création

    L'objectif de cette campagne est d'atteindre 990 € de préventes, qui participeront à la diffusion et à la promotion du livre lors de son édition officielle. Auteur(rice), lecteur(rice) et amoureux(se) des mots, votre collaboration est valorisée pour faire de ce projet tant attendu, une belle réussite, grâce à l'équipe professionnelle des Editions Maïa. En précommandant, vous gravez votre empreinte dans cette œuvre originale et y inscrivez votre nom*. Vous recevrez vos contreparties dès la fin de la campagne de prévente.

    *selon votre accord