• No products in the cart.
Voir le panier
Subtotal: 0,00
Recherche

L’exil aux deux visages

J’ai une double culture orientale et occidentale, j’ai écrit ce livre pour explorer cette duplicité culturelle si complexe et fascinante à la fois mais également pour explorer la tragédie de l’exil et la richesse d’être d’ici et de là-bas.

Je fais aujourd’hui appel à vous pour réaliser ensemble ce projet d’édition. Je vous propose de contribuer à la naissance d’un livre et de devenir partenaires de cette création. Votre nom en tant que contributeur sera présent dans le livre que vous recevrez en avant-première !

152,00
de préventes sur 990,00
5
contributeurs
15.35%
Minimum amount is € Maximum amount is €

Description

L’exil aux deux visages, préfacé par Monsieur Roland Dumas ex-ministre des affaires étrangères, parle de ces femmes et de ces hommes immigrés, arrachés à leur famille et à leur terre au nom de la raison économique, ils traversent la Méditerranée parce qu’ils ont faim et que leur pays ne les nourrit pas. Ce livre raconte l’immigration sous l’angle de l’exil et de l’errance intérieure qu’elle provoque, de la déchirure, du déracinement, de la souffrance au travers du destin et du regard de deux femmes, Éliane et Zohra. Il évoque également l’idée que la double culture ce n’est peut-être pas une « même femme » portant en elle deux cultures, l’orientale et l’occidentale mais deux femmes, qui portent chacune une culture et qui ne cessent de se confronter, de dialoguer et de réconcilier ces deux cultures si différentes. Ces hommes et ces femmes exilés n’ont pas d’autre choix que de vivre et de conjuguer avec cette duplicité culturelle, confrontés parfois à la tentation de la rupture et à l’appel irrésistible du cœur réclamant leur retour au pays. La double culture est la duplicité incarnée, dans ce qu’elle a de confus, de lâche, de triste et de sublime.

« L’exil n’est pas une chose matérielle, c’est une chose morale », nous dit Victor Hugo, « vous exilez un homme, soit, et après ? Vous pouvez arracher un arbre de ses racines, vous n’arracherez pas le jour du ciel. Demain, l’aurore ».
L’exil est un thème inépuisable et contribuer à la création de ce livre, c’est contribuer à rendre hommage à ceux qui ont abandonné leur terre pour élever leurs enfants, en allant reconstruire le pays des autres.
« Le temps n’est plus où une culture pouvait se tuer dans l’ombre par la violence ouverte et quelquefois avec l’acquiescement aliéné des victimes. » (Mouloud Mammeri)

« Camus m’a dit un jour : “il est important de vivre mais il est important aussi de témoigner de vivre”. Je décide alors de m’aventurer vers ce meuble, le bar, que j’affectionne tant, j’ai cru apercevoir Zohra, accoudée au bar, sourire à la lèvre, la clope au bec, entourée d’une buée de fumée, elle portait toujours son voile gris sur la tête et sa longue djellaba, je me suis dit que celle-là n’arrêtait pas de me coller aux basques et au cul mais c’était peut-être mon ivresse qui la voyait, pas moi ! Je continue alors ma quête de feu, je m’approche du bar, je jette un œil sur la droite, sur la gauche, j’aperçois encore Zohra mais je l’ignore, et devant moi traîne une bougie, je la prends, j’allume ma cigarette et la bougie s’éteint soudainement, je la rallume et j’entends un homme me murmurer :
— Savez-vous que lorsqu’on allume une bougie, on tue un marin ?
— Oui, je sais, que ce marin repose en paix.
— Il y a quelqu’un dans votre vie ?
— Oui, en ce moment il y a vous.
— Savez-vous que vous êtes très belle ?
— Dites-moi plutôt des choses que je ne sais pas.
— Je pense que vous ignorez que je vous attendais.
— Toute rencontre fortuite n’est qu’un rendez-vous, non ?
— Alors, embrassons-nous avant que le ciel nous rappelle.
— Bavardons d’abord un peu et pour ce qui est du ciel, je n’y crois plus, je n’entendrai pas son appel.
— Et l’appel de mon désir, vous l’entendez ?
— Bavardons un peu et je vous dirai si je l’entends, votre… désir…
— L’homme propose et la femme dispose, alors bavardons !
— Jusque-là, ça me plaît.
— C’est vous qui me plaisez.
— Alors, je vous autorise à m’apprivoiser.
— Je vais essayer, même si c’est votre côté sauvage et votre instinct tribal qui m’attirent.
— Qui vous dit que je suis sauvage et issue d’une tribu ?
— La beauté de vos yeux me l’a soufflé.
— Alors, je vous autorise à me capturer sans m’apprivoiser.
— C’est moi qui serai votre captif.
— Nous nous connaissons à peine et déjà tant de promesses !
— Il n’y a rien de meilleur que les promesses, tout n’est que promesse.
— Si… tenir ses promesses.
— Vous aimez avoir le dernier mot !
— Avec vous, j’ai l’intuition que je vais aimer tant de choses.
— Si vous m’aimez un jour vous n’aurez pas besoin de tant de choses.
— Je sens déjà que je n’ai besoin de rien.
— Je sens aussi que je n’ai besoin que de vous, et que je vous donnerai tout.
— Et je prends tout ce que vous me donnerez.
— Prenez tout, je sens déjà comme un parfum de bonheur… Cela vous fait peur ?
— Ce qui me fait peur, c’est de trop vous aimer et si je devais bâtir ma maison du bonheur, la plus grande pièce en serait la salle d’attente.
— Alors, fermez cette pièce à double tour et aimez-moi… Goûtons au bonheur sans attendre !
— Le bonheur ne conduit-il pas à une tranquillité passive qui endort, qui éloigne de l’action, de la créativité, de l’invention, de la révolte, du plaisir, de la jouissance et qui nous oblige à faire des compromis et à nous éloigner de nos idéaux ?
— J’aime votre maturité, alors vivons d’action, de créativité, d’invention, de révolte, de plaisir, de jouissance, de quête d’idéal… fuyons le bonheur tranquille ensemble !
— Vous avez encore réponse à tout, même aux questions les plus cornéliennes.
— C’est vous qui m’inspirez, vous êtes sublime, vous êtes mon diamant.
— Qui vous dit que je suis un diamant, je suis peut-être un charbon ardent qui vous réduira en cendres ?
— Oui, je sens déjà que vous serez à la fois ma torture, mon supplice, ma force et la réponse à mes désirs, vous me rendez déjà conquérant et triomphant ; la douleur et le plaisir sont deux fruits du même arbre, et vous êtes mon arbre.
— Je serai ce que vous voudrez, même un arbre immobile et silencieux si vous me gardez près de vous, je n’ai déjà pas la force de vous quitter.
— Et je n’aurai jamais la force de vous laisser partir.
— Promettez-moi de ne jamais me quitter !
— Je vous promets de ne jamais vous quitter et que nous fuirons le bonheur ensemble pour ne vivre que de plaisir et de risque ! Je suis retournée à ma table et j’ai trouvé une rose avec un petit mot “je vous aime, Richard”. C’est alors que j’ai compris qu’il était fait pour moi et que nos destins ne se quitteraient plus. J’allais connaître enfin mon cirque : l’amour et le couple s’apparentent au cirque, il y a le jeu, la surprise, parfois l’ironie et le cynisme du clown et la férocité des félins en cage. »

Contreparties

6,00

- Un message de remerciement
- Votre nom de contributeur dans le livre
0 contributeurs

12,00

- Le livre en format ebook
- Votre nom de contributeur dans le livre
0 contributeurs

19,00

- Un exemplaire papier
- Une dédicace du livre en avant-première
- Votre nom de contributeur dans le livre
4 contributeurs

29,00

- Un exemplaire papier
- Une dédicace du livre en avant-première
- Le livre en format ebook
- Votre nom de contributeur dans le livre
0 contributeurs

45,00

- Un exemplaire papier
- Une dédicace du livre en avant-première
- Un second exemplaire à offrir à la personne de votre choix
- Le livre en format ebook
- Votre nom de contributeur dans le livre
0 contributeurs

75,00

- Un exemplaire papier
- Une dédicace du livre en avant-première
- Deux autres exemplaires à offrir aux personnes de votre choix
- Le livre en format ebook
- Votre nom de contributeur dans le livre
- Un remerciement spécial au contributeur en couverture du livre
- Une rencontre avec l'auteur
1 contributeurs
  • Les étapes de création

    Mon objectif est d'atteindre 990 € de préventes afin de rendre possible la réalisation des maquettes, la correction, l'impression et la promotion.
    C'est pourquoi je fais appel à vous, auteurs, lecteurs et amoureux des mots ! Votre précommande permettra à mon projet de devenir réalité grâce à une équipe de professionnels.
    Votre appui me sera précieux et vous recevrez vos contreparties dès la fin de la campagne.


Scroll to top