Régicide(s)

Je m’appelle Sébastien Bonmarchand, je suis né en 1982 et, depuis mes 12 ans, j’écris des poèmes, des nouvelles, des pièces de théâtre, des romans… J’ai découvert Racine au collège et depuis ce jour je rêvais d’écrire une tragédie en vers. Aujourd’hui professeur de lettres, j’ai pu réaliser ce rêve. Tout d’abord en écrivant une pièce en alexandrins pour mes élèves puis en la reprenant pour la réserver à un public adulte avec Régicide(s).

Je vous propose d’être acteur de la naissance de mon livre en m’aidant à faire de sa parution prochaine, avec les Editions Maïa, un succès. Plus les préventes seront nombreuses, plus mon livre sera promu et diffusé. En retour, vous serez présents dans le livre en page de remerciements et vous recevrez le livre en avant-première, frais de port inclus !

77,00 de préventes
5 Contributeurs
Préventes :
7.78%
Objectif : 990,00
Minimum amount is € Maximum amount is €

Régicide(s) est une pièce de théâtre composée de 5 actes de 4 scènes chacun. Il s’agit d’une tragédie en alexandrins, dans une langue musicale, portée par des personnages complexes et universels et oscillants toujours sur l’arête qui sépare la comédie de la tragédie.

Léandre est le futur roi d’Athènes. Il est autant amoureux que peureux et nous sommes à la veille de son mariage avec la belle Acacia. Le ministre de la guerre Emilios est amoureux d’Acacia et met en scène une machination pour envoyer Léandre se faire tuer à la guerre, mais son stratagème est éventé et il est banni par le roi Basilio. Emilios reviendra et sa vengeance portera un coup fatal à la royauté grecque.

L’originalité réside dans le retour de l’alexandrin au théâtre et dans le choix des points de vue des différentes scènes. Le public est immergé dans les consciences et dans la cité au travers de ces choix.

 

Extrait

La mort du roi Basilio
ACTE IV, SCENE 3
BASILIO, EMILIOS
Chambre du vieux roi Basilio. Un lit richement décoré.
Basilio est en habits de nuit. Il s’assied sur le lit.

BASILIO
Enfin… Cette journée se termine et mon règne…
Avec elle se couche. Il devait être ainsi.
Mon fils si courageux prend seul ce soir les rênes
Du royaume athénien où la Paix a jailli.
(Il regarde derrière lui.)
Dors bien, jeune Acacia. Demain tu seras reine
Et ton devoir sera aussi lourd que l’amour
Qui coule sans faiblir pour mon fils dans tes veines.
Tout Athènes demain verra un nouveau jour.
(Reprend sa position initiale puis regarde vers le ciel)
J’ai dû bannir un traître et gommer ses exploits
Mais mon fils à l’épée s’est présenté en roi.
Bonne nuit, Athénien ! Moi, mon temps est passé.
Je m’endors dans l’amour et l’amour de la Paix.

Basilio se couche. Quelques minutes plus tard, on l’entend dormir.
Entre Emilios. Il s’approche en tenant un oreiller.

EMILIOS (monologue intérieur)
Il me fut si aisé de parvenir ici !
Personne dans tes rues ni dans ton vieux palais
Pour voir en moi le traître Emilios que tu hais.
Tous me croient exilé, vivant d’air et d’aumône,
Ils ont tous oublié mon art envers les hommes !
(Il s’approche d’un pas.)
Mais me voilà ici, dans ton auguste chambre…
Seul maître de ta vie… Disposant de tes membres…
Tu as osé gommer mon nom et mes victoires
Lorsque ta bouche aïeule a dit le mot « exil » !
Moi ! Oser m’imposer une vie dans le noir
Quand on chante ma gloire aux confins de chaque île !
(Il s’approche encore, jusqu’à être à la hauteur de la tête du vieux roi et il soulève l’oreiller bien haut au-dessus d’elle. Un temps.)
J’ai juré de donner ma vie pour un tel homme,
J’ai vaincu l’ennemi pour sauver son royaume !
J’ai tellement œuvré pour que s’élève Athènes !
(Il baisse violemment l’oreiller mais s’arrête à mi-hauteur.)
Non !… Je ne peux ôter la vie à un tel maître !
Il était mon modèle et j’étais son sauveur !
Je ne peux ajouter à cette déchéance
La honte d’étouffer dans sa nuit un vieux prince !
(Il laisse tomber l’oreiller au sol et regarde le roi dormir.)
Si une femme est venue frapper à mon cœur
Et a su malgré elle abattre mes défenses,
Puis façonner en moi traîtrise et arrogance,
Ce roi n’y est pour rien. Il a agi en chef,
Quand il a prononcé contre moi ses griefs.
(Il baisse la tête et, les bras ballants, fait demi-tour pour quitter la chambre du vieux roi. Il tourne le dos au lit.)
Il me faut accepter ma chute et ma défaite.
J’ai trahi mon bon roi, j’ai abusé les dieux,
L’exil est leur vengeance, leurs fers sont sur ma tête.
Je m’en vais par le monde épuiser mes adieux.

Emilios trébuche et fait du bruit. Cela réveille Basilio qui se met assis.

Contreparties

6,00
- Un message de remerciement
- Votre nom de contributeur dans le livre
0 contributeurs
12,00
- Le livre en format ebook
- Votre nom de contributeur dans le livre
0 contributeurs
19,00
- Un exemplaire papier
- Une dédicace du livre en avant-première
- Votre nom de contributeur dans le livre
4 contributeurs
29,00
- Un exemplaire papier
- Une dédicace du livre en avant-première
- Le livre en format ebook
- Votre nom de contributeur dans le livre
0 contributeurs
45,00
- Un exemplaire papier
- Une dédicace du livre en avant-première
- Un second exemplaire à offrir à la personne de votre choix
- Le livre en format ebook
- Votre nom de contributeur dans le livre
0 contributeurs
75,00
- Un exemplaire papier
- Une dédicace du livre en avant-première
- Deux autres exemplaires à offrir aux personnes de votre choix
- Le livre en format ebook
- Votre nom de contributeur dans le livre
- Un remerciement spécial au contributeur en couverture du livre
- Une rencontre avec l\'auteur
0 contributeurs
  • Les étapes de création

    on objectif est d'atteindre 990 € de pré-ventes afin de rendre possible la réalisation des maquettes, la correction, l'impression et la promotion. C'est pourquoi je fais appel à vous, auteurs, lecteurs et amoureux des mots ! Votre précommande permettra à mon projet de devenir réalité grâce à une équipe de professionnels. Votre appui me sera précieux et vous recevrez vos contreparties dès la fin de la campagne.