Rescapé

Je suis un homme passionné et un journaliste féru de culture, de sport et de culture générale. J’ai écrit ce livre pour partager non seulement un moment important de ma vie et pour extérioriser cette histoire qui m’habite depuis plus de deux décennies, mais aussi pour partager la réalité de mon pays.

Je fais aujourd’hui appel à vous pour réaliser ensemble ce projet d’édition. Je vous propose de contribuer à la naissance de cet ouvrage en devenant partenaire de sa création. Votre nom en tant que contributeur sera présent dans le livre que vous recevrez en avant-première !

676,00 de préventes
8 Contributeurs
0 Days Left
Préventes :
68.28%
Objectif : 990,00
Projet abouti !
Creator
1 Projet(s)

Description

Rescapé - Extrait

En 1998, un nouveau conflit armé ravage le Congo. Pris dans l’engrenage, un étudiant va tout faire pour rester en vie. Entre espoirs et désillusions, il va survivre, comme des milliers d’autres personnes, pendant plus d’un semestre dans le dénuement total. Alors que sa famille est sans nouvelles de lui et même considéré comme… mort ! Rescapé raconte cette épopée de plusieurs mois loin de tout.

Le thème de mon livre est l’espoir. Tout le long du livre, il est le moteur qui permet aux personnages de traverser la période tragique qu’ils vivent. L’originalité de mon livre réside dans le fait qu’il parle de conflits armés sans vraiment décrire ni les combats ni les violences liés à ce type de situation. Il accorde la part belle aux gens simples qui font tout pour continuer à mener une existence normale alors que les circonstances ne le permettent pas.

Participer à sa création c’est permettre à cette histoire de sortir de l’ombre ; de le mettre à la disposition d’un plus grand nombre. Au départ, cette aventure humaine extraordinaire est personnelle, mais une fois éditée, tout le monde pourrait se l’approprier. Chaque lecteur peut s’identifier à cette histoire et savoir que l’on peut s’en sortir, peu importe la gravité de la situation qu’on vit.

Extrait : 

Nous avions décidé alors de partir, direction le pont du Djoué. En faisant mes bagages, j’avais pris quelques provisions, du riz et du poulet notamment, et le peu d’argent qui me restait. J’oubliais cependant le sel et pourtant j’en avais en grande quantité. Une fois loin de la ville, cet aliment allait manquer cruellement et causera beaucoup de dégâts.

Je partais pour une destination inconnue, je ne savais pas ce que j’allais trouver, avec pour toute économie 600 FCFA. J’avais épuisé mes économies et j’attendais avec impatience le chèque qui devait venir de Pointe-Noire dans les prochains jours. Avec la fin de l’année en perspective, j’espérais avoir plus que la somme habituelle. Pour l’instant, je n’avais que 600 FCFA. Et je devais faire avec ! Il était 15 heures lorsque nous fûmes prêts, nous fermâmes les maisons tout en sachant que c’était inutile si les pilleurs passaient ; les verrous ne résisteraient pas.

Nous avons pris la route, nous sommes passés devant le corps sans vie du monsieur abattu par les « fameux malfamés libérateurs ». Nous avions marché pendant plusieurs minutes jusque sur l’avenue Fulbert-Youlou. Elle aboutissait au pont du Djoué, la porte de sortie sud de la capitale. Nous n’étions pas les seuls, il y avait des
milliers d’autres personnes qui avaient fait le même choix, des hommes et femmes portant des paquets les plus hétéroclites, des enfants accrochés à leurs mères, des enfants égarés, en larmes, errant dans la foule, des vieux et des malades marchant avec peine. Ceux qui avaient plus de chance étaient installés dans les brouettes. Des jeunes, comme moi, plus en forme marchaient d’un pas vif sans un regard pour les autres.

C’est vrai, j’étais insensible à la douleur d’autrui, je ne pensais qu’à mon propre sort. Je comprenais le sens de « chacun pour soi, Dieu pour tous ». Une masse compacte de personnes allant dans la même direction. Combien allait survivre ? Combien n’allait pas connaître la fin du conflit ? Je n’en savais rien.

  • Les étapes de création

    Mon objectif est d'atteindre 990 € de préventes afin de rendre possible la réalisation des maquettes, la correction, l'impression et la promotion. C'est pourquoi je fais appel à vous, auteurs, lecteurs et amoureux des mots ! Votre précommande permettra à mon projet de devenir réalité grâce à une équipe de professionnels. Votre appui me sera précieux et vous recevrez vos contreparties dès la fin de la campagne.