ASCENSEUR POUR LES FACHOS

L’auteur , Jean-Louis LÉROT est ingénieur et expert près la cour d’Appel. Il a de tout temps milité pour la défense de la démocratie républicaine.

 

Son dernier roman de politique fiction (pas si fiction…) dénonce la montée de l’ultra-droite, qui recrée les situations que nous avons connues en 1937-38, qui sont, non seulement, une sérieuse menace pour les démocraties, mais qui, en plus, sont les prémices des répressions racistes et des guerres civiles que les fascistes ont engendrées en Allemagne, Italie, Hongrie, France dans les années 40-44, contre des pans entiers de leurs populations. Pour eux la menace n’est plus, les communistes, les Juifs, les Tziganes, mais tous les immigrés, et en premier les musulmans.

Que va-t-il arriver si les élections présidentielles de 2022 les mènent au pouvoir ? Qu’est-ce que les derniers démocrates pourront-ils faire contre cette vague. Ce roman tente d’apporter une réponse à ces deux questions.

Je vous propose d’être acteur de la naissance de mon livre en m’aidant à faire de sa parution prochaine, avec les Editions Maïa, un succès. Plus les préventes seront nombreuses, plus mon livre sera promu et diffusé. En retour, vous serez présents dans le livre en page de remerciement et vous recevrez le livre en avant-première !

16,00 de préventes
2 Contributeurs
Préventes :
1.62%
Objectif : 990,00
Minimum amount is € Maximum amount is €
1 Projet(s)

Ce roman vise à faire prendre conscience aux électeurs d’avril 2022, des dangers d’un vote massif en faveur de l’extrême-droite. Il existe de très nombreux essais politiques sur la question. L’avantage d’un roman est de laisser le lecteur imaginer ce qu’il adviendrait s’il cédait à la tentation au moment de mettre son bulletin dans l’urne…

Synopsis du roman
Imaginez que la dirigeante de l’extrême-droite soit élue présidente de la République et que le soir de son élection, elle soit assassinée. Imaginez que son parti, le PLIN, accuse immédiatement les islamistes. Imaginez que certains indices et que son expérience du métier du renseignement, fassent que le directeur de la DGSI, le général Lambert, soupçonne certains membres du PLIN d’avoir fomenté un complot… son enquête se heurterait de plein fouet au nouveau gouvernement, qui dès lors, n’hésiterait pas à limoger, voire à assassiner ceux qui les gênent, y compris dans son propre camp. Des modérés du PLIN et le général Lambert seraient les premiers à en faire les frais.

Imaginez qu’une fois au pouvoir, le PLIN fasse voter des lois répressives contre les musulmans, dignes de celles d’Hitler contre les Juifs. Les islamistes multiplieraient alors les attentats meurtriers qui, par réaction en chaîne, déclencheraient des émeutes anti-musulmans, des mises à sac de mosquées, de synagogues, de commerces, des massacres. La France entrerait alors en guerre civile.

Mais, imaginez que le général Lambert, entre la vie et la mort, soit exfiltré en Angleterre par ses collaborateurs. Et qu’il mette au point un plan machiavélique pour confondre les vrais coupables et renverser le gouvernement. Le 1er ministre britannique, dont le pays a de tout temps, combattu le fascisme, hésiterait probablement à lancer ce plan, compte tenu des contentieux franco-britanniques. Mais imaginez que, contre toute attente, il donne l’ordre à ses services secrets de l’exécuter …

 

Extraits du premier chapitre
Paris, dimanche 24 avril 2022, au soir du deuxième tour des élections présidentielles.
— Ici, Xavier Girard, pour BFMTV, qui vous parle depuis la place de la Concorde où un terrible événement vient de se produire. Alors qu’une immense foule est venue célébrer la victoire de la nouvelle élue à la présidence de la République, celle-ci vient de s’effondrer au moment où elle prenait la parole. La plupart des personnes qui entourent le podium, ne réalisent encore pas l’ampleur du drame, mais les images de nos écrans géants parlent d’elles-mêmes : la présidente élue vient d’être victime d’un attentat.

Les forces de l’ordre ont immédiatement réagi et comme vous le voyez, elles font évacuer le périmètre pour que l’hélicoptère qui tourne au dessus de nous, puisse atterrir. La cohue qui entoure la victime m’empêche de l’apercevoir et donc de vous dire si elle est encore en vie… Sur ce point, nous en saurons plus en visionnant les images qui précèdent l’attentat… Ah ! Nos techniciens me font signe que c’est possible… Voilà, très bien ! … Remontez de quelques secondes en arrière… Stop ! Maintenant, avancez image par image en faisant un zoom sur la présidente… Regardez bien ! Vous voyez comme moi, que la présidente est atteinte d’une balle en plein front et que la violence de l’impact la projette en arrière.

Je ne peux évidemment pas me prononcer sur la gravité de la blessure. Cependant, sans vouloir pronostiquer le pire, je dirais, avec toutes les réserves qu’il se doit, que la blessure est probablement mortelle. Mais revenons encore une fois en arrière… Ralenti, s’il vous plait… Là ! Regardez ! Vous voyez qu’au moment précis où la présidente est touchée, elle fait face à l’obélisque, c’est-à-dire face au nord. J’en conclus que le tir venait de cette direction. Et si je poursuis mon raisonnement, je ne vois que deux possibilités. Soit le tireur était dissimulé dans la foule, entre le podium et l’obélisque, soit il se trouvait beaucoup plus loin. Dans le premier cas, il aurait échappé à la fouille que la police a pratiquée sur les personnes entrant dans le périmètre et le moment venu, il aurait sorti une arme de poing. Il est certes toujours possible de passer à travers un contrôle, mais en supposant qu’un tel individu passe à l’acte au milieu de la foule, il aurait immédiatement été maîtrisé et arrêté. Or on n’a rien vu de tel. Par ailleurs, si l’on considère la précision du tir et l’absence de détonation, ces indices ne militent pas en faveur d’un assassin dissimulé dans la foule, mais plutôt d’un sniper, équipé d’un fusil à lunette, posté dans un immeuble périphérique et disposant de tout son temps pour ajuster son tir… Mais j’arrête là ces conjectures qui sortent de ma compétence. Seule la police est à même de faire la lumière sur cet attentat.

Contreparties

6,00
- Un message de remerciement
2 contributeurs
12,00
- Le livre en format ebook
0 contributeurs
19,00
- Un exemplaire papier
- Une dédicace du livre en avant-première
0 contributeurs
29,00
- Un exemplaire papier
- Une dédicace du livre en avant-première
- Le livre en format ebook
0 contributeurs
45,00
- Un exemplaire papier
- Une dédicace du livre en avant-première
- Un second exemplaire à offrir à la personne de votre choix
- Le livre en format ebook
0 contributeurs
75,00
- Un exemplaire papier
- Une dédicace du livre en avant-première
- Deux autres exemplaires à offrir aux personnes de votre choix
- Le livre en format ebook
- Une rencontre avec l\'auteur
0 contributeurs
  • Les étapes de création

    Mon objectif est d'atteindre 990 € de pré-ventes afin de rendre possible la réalisation des maquettes, la correction, l'impression et la promotion. C'est pourquoi je fais appel à vous, auteurs, lecteurs et amoureux des mots ! Votre précommande permettra à mon projet de devenir réalité grâce à une équipe de professionnels.