Baïkal Mer sacrée – Nouvelle édition actualisée

Philippe Guichardaz : Au lycée de Thonon, mon épouse et moi avons organisé, pendant quatorze ans, des rencontres entre nos élèves de Terminale et des jeunes Américains et Soviétiques francophones. C’est ainsi que j’ai sympathisé avec un collègue russe originaire d’Irkoutsk, une grande ville proche du Baïkal, et que j’ai commencé à apprendre le russe. Mon ami sibérien est à l’origine de ma passion pour le Baïkal.

Irina Muzyka : Née à Irkoutsk en 1979, je suis la créatrice et gérante de l’agence de tourisme réceptif BaikalVoyage (ici) depuis 2006. Déjà étudiante, j’accompagnais des touristes français en ville, puis autour du lac, c’est là que le Baïkal est devenu ma passion. Après des études supérieures de Français et de Tourisme à l’Université d’Irkoutsk, j’ai rapidement décidé de me lancer dans la grande aventure du tourisme réceptif. Depuis bientôt 15 ans, je partage ma vie entre le Baïkal et la Haute-Savoie, participant à plusieurs projets d’échanges entre ces deux territoires.

Nous vous proposons de participer à la naissance de ce livre en nous aidant à faire de sa parution prochaine avec les Éditions Maïa, un succès. Plus les préventes seront nombreuses, plus il sera promu et diffusé. En retour, vous y graverez votre empreinte et y serez mentionnés en page de remerciements (selon accord). Vous recevrez ainsi le livre en avant-première, frais de port inclus !

1 525,00 de préventes
36 Contributeurs
Préventes :
154.04%
Objectif : 990,00
Minimum amount is € Maximum amount is €

Le transbaïkal © Ph. Guichardaz

Les nombreux voyages que j’ai effectués au Baïkal [Philippe], ainsi que le constat que j’ai fait, à savoir qu’il était perçu uniquement comme un objet touristique, et qu’en dehors de l’ouvrage universitaire passionnant mais difficile d’accès de Laurent Touchart, aucun livre sur le sujet ne semblait disponible, m’ont convaincu de la nécessité de proposer un texte de vulgarisation scientifique à la fois rigoureux et d’accès aisé, abondamment illustré. Je ne pouvais m’atteler à une telle tâche sans la collaboration d’une personne du pays du Baikal. Mon amie Irina Muzyka a accepté d’être partie prenante de mon projet.

Il s’agit de faire découvrir à un large public l’exceptionnalité absolue du Baïkal et l’enjeu planétaire que représente la sauvegarde d’un lac qui constitue un cinquième des réserves d’eau douce de la planète, alors que la question de l’eau est devenue une préoccupation majeure dans notre monde. Toutefois, « Baïkal Mer sacrée » permet aussi de découvrir l’originalité de l’environnement humain du lac, partagé entre le monde slave orthodoxe à l’ouest et, à l’est, le monde bouriate, d’origine mongole, chamaniste et bouddhiste.

Poteaux chamaniques © Ph. Guichardaz

Extrait de Baïkal Mer sacrée – Nouvelle édition actualisée par Philippe Guichardaz et Irina Muzyka

« Récemment, de nouvelles découvertes – La campagne des sous-marins Mir.
Ces sous-marins habités, fournis à l’Académie des Sciences de l’U.R.S.S. par la Finlande, en pleine Guerre froide, malgré les pressions américaines, ont été utilisés pour une impressionnante expédition scientifique de 2008 à 2010. Ils ont effectué 160 plongées, procédé à d’innombrables observations visuelles et ont ramené à la surface de nombreuses carottes d’eau et de sédiments. La campagne de recherche a permis de repérer, à 1 400 m de profondeur, des gisements d’hydrates de gaz – formations liées à des conditions de haute pression et basse température, dont la présence n’était connue auparavant que dans les océans – et d’en remonter des fragments à la surface (dia). Dans la même région, au large du delta de la Selenga, ont été observés des épanchements de pétrole. On estime leur volume à 4 tonnes de pétrole par an. Et pourtant, le lac n’est pas pollué par ce pétrole !
L’explication vient du fait que les particules de pétrole sont dévorées par des microorganismes et des vers qui pullulent en l’endroit. Une auto-épuration du lac, en quelque sorte, dont nous reparlerons plus loin. On comprend que des scientifiques fassent des recherches sur une reproduction organisée en laboratoire de ces organismes dans la perspective de la lutte contre les marées noires. De même, a été découvert, au large de l’estuaire de la Selenga, un imposant volcan de boue. Plusieurs autres ont été repérés depuis. Leur cartographie (dia)n’était pas achevée au moment de mettre ce livre sous presse. Leur présence est liée aux fractures affectant le fond du lac. Découverte, encore, des Mir, les fragiles éponges bleues (dia), animaux multicellulaires primitifs menant une vie sédentaire. La question des causes de leur étonnante couleur n’est pas encore résolue. »

La Baïkal en bouteilles © Institut de limnologie

Contreparties

32,00
- Un exemplaire papier
- Une dédicace en avant-première
- Votre nom de contributeur dans le livre
27 contributeurs
70,00
- Un exemplaire papier
- Une dédicace en avant-première
- Un second exemplaire à offrir à la personne de votre choix
- Votre nom de contributeur dans le livre
5 contributeurs
125,00
- Un exemplaire papier
- Une dédicace en avant-première
- Deux autres exemplaires à offrir aux personnes de votre choix
- Votre nom de contributeur dans le livre
- Un remerciement spécial au contributeur en couverture du livre
- Une rencontre avec l'auteur
2 contributeurs
  • Les étapes de la création

    L'objectif de cette campagne est d'atteindre 990 € de préventes, qui participeront à la promotion et à la diffusion du livre. Auteur(rice), lecteur(rice) et amoureux(se) des mots, votre collaboration est valorisée pour faire de ce projet tant attendu, une réalité, grâce à l'équipe professionnelle des Editions Maïa. En précommandant, vous gravez votre empreinte dans cette œuvre originale et y inscrivez votre nom*. Vous recevrez vos contreparties dès la fin de la campagne de prévente.

    *selon votre accord