• No products in the cart.
Voir le panier
Subtotal: 0,00
Recherche

Chambre 215

Mon père Jean Debucourt (1894-1958), Sociétaire de la Comédie Française et acteur de cinéma incontournable dans la période d’après-guerre, est mort l’année de mes 11 ans. Je n’ai pas eu l’occasion de le connaître vraiment. C’est une frustration que j’ai voulu éviter à ma fille. Destiné uniquement à elle et à ma famille, j’ai donc rédigé un livre sur ses grands-parents, et sur mon enfance, mes ressentis, mes douleurs, mes aventures.
Encouragé par le plaisir qu’apporte l’écriture, je m’aventure à proposer un récit se situant dans les années 70, époque au cours de laquelle, dans le cadre de mon activité bancaire, j’ai réussi à déjouer des escroqueries qui exposeront notre société aux violences de la pègre parisienne.
Ce roman policier, basé sur des faits réels (dont l’assassinat d’un député), rehaussé d’une fiction sentimentale, raconte la vie de deux couples, leurs rencontres, leurs amours, leurs difficultés de tous les jours, leurs infidélités dans lesquelles la chambre « 215 » jouera le plus grand rôle.
Pour réaliser ce projet d’édition j’ai besoin de votre soutien. Aussi je vous invite à contribuer à la naissance de ce roman et à devenir les partenaires privilégiés de cette création. Votre nom en tant que contributeur sera présent dans le livre que vous recevrez en avant-première.

1 011,00
de préventes sur 990,00
0
jours restants
41
contributeurs
102.12%
Projet réussi ! Un grand merci à tous les contributeurs !

Description

Marc Delcourt et son épouse Marie-Ange sont installés dans la région parisienne, elle est prospectrice commerciale et élève ses jumeaux. Marc est cadre dans un établissement financier spécialisé dans l’octroi de prêts aux particuliers et aux petites entreprises, la S.F.I.
La fraude aux crédits organisée par des apporteurs d’affaires véreux y est peu courante mais réelle et le flair de Marc va mettre au jour plusieurs de leurs malversations.
Alfred Concini et sa jeune femme Caroline vivent du côté de Toulon. Un héritage va leur permettre d’acheter un commerce de réparation automobile dans la banlieue nord de Paris. Elle trouvera un poste comme secrétaire du P.D.G. de la S.F.I. Alfred sera élu au conseil municipal de son village, mais ses affaires allant de plus en plus mal, après le premier choc pétrolier de 1973, il trouvera un complément de revenu en tant qu’homme de main à la solde de ces escrocs en cols blancs.
Progressivement nous allons suivre la vie de ces deux couples, leur improbable rencontre jusqu’au dénouement fatal et inattendu.

Au cours de votre lecture vous croiserez
Des personnages attachants
« Elle a la beauté d’une femme que la maturité commence à envelopper. Elle est vêtue d’un tailleur rouge sur un chemisier blanc, un collier en or discret, une broche probablement en or, épinglée au col de sa veste et des bracelets de différentes couleurs à dominante rouge. L’ascenseur embaume de son parfum “Femme” de chez Rochas dont la fragrance distille ses charmes tout en séduction et dont le velouté fait émerger une pointe de sensualité. Il laisse planer dans l’ascenseur une sensation mystérieusement voluptueuse et attirante. »

Des personnages qui le sont moins
« Monsieur Atlan, petit, obèse à force de manger trop gras d’huile et trop sucré de loukoum, n’arrêtant pas d’essuyer avec un grand mouchoir jaunâtre, la sueur qui lui perle au front, porte une barbe et des cheveux noirs qui ont peut-être été coiffés la semaine précédente, une veste trop étroite, une chemise blanche dont les boutons pourraient être projetés au milieu du bureau à tous moments et une cravate style “Menu du jour” qu’il ne peut garder serrée autour de son cou sans risquer de s’étrangler ».
Vous vivrez des situations tendues
Pourtant les problèmes ne se feront pas attendre. Alors que monsieur Blanc se rend auprès de son véhicule dans le parking peu éclairé de la Société, trois hommes cagoulés lui sautent dessus et le projettent violemment contre sa Peugeot 604 neuve. Deux des hommes le maintiennent par les bras pendant que le plus grand des trois lui met un revolver sous le nez, un Tokarev TT 33.
— Tu as intérêt à sortir ton argent, sinon nous ne donnons pas cher de ta peau. Nous savons qui s’occupe du déblocage des fonds, alors si tu veux qu’il ne lui arrive rien, tu sais ce qu’il te reste à faire.
Ils le jettent à terre et les trois malfrats montent sans plus attendre dans un 4×4 noir au pare-buffle en inox brillant qui démarre en trombe ».

Et plus encore…

  • Le budget souhaité

    Mon budget idéal serait de 990 €. La publication nécessite de participer à la correction, la mise en page, l’impression et la commercialisation afin que ce travail de création soit le mieux valorisé possible.

    Les participations seront réparties de cette manière :

    – 20 % pour la correction, la mise en page et la création de la couverture ;

    – 55 % pour l’impression.

    – 25 % pour la promotion.

    C’est pourquoi aujourd’hui je fais appel à vous, auteurs, lecteurs, passionnés de lecture !

    Votre soutien me sera précieux et c’est pourquoi je vous propose différentes contreparties en échange de votre aimable soutien.

Scroll to top