Dans la fraîcheur de l’aube

En mars 2020 le monde a changé on s’est brutalement retrouvé enfermés dans d’obscures prisons covidiennes nos émotions, nos rires bâillonnés par un masque nous isolant chaque jour davantage.

Passionnée de voyages et de photo je n’avais plus droit à l’image je me suis donc échappée dans l’imaginaire. Écrire était une évidence un refuge et me permettait un déconfinement virtuel progressif, une échappée belle au pays des mots
Les mots qui comme le mistral provençal chassent les nuages noirs du désespoir et colorent le ciel du bleu de l’espoir. C’est là que tout a commencé dans la fraîcheur de l’aube.

Je m’appelle Carole Martinez et j’ai écrit mon roman noir sous le pseudo Carole Aime.

Livre différent, original, mêlant poésies imaginées dans mes carnets de voyage et intrigues policières se déroulant dans des endroits sublimes.

Je fais aujourd’hui appel à vous pour réaliser ensemble ce projet d’édition. Je vous propose de contribuer à la naissance d’un livre et de devenir des partenaires pour cette création. Votre nom en tant que contributeur sera présent dans le livre et vous recevrez le livre en avant-première !

876,00
de préventes sur 990,00
28
contributeurs
88.48%
Minimum amount is € Maximum amount is €

Description

Entre Lourmarin et Cucurron dans la paisible campagne provençale les cigales se sont tues. Au milieu des champs écarlates de graciles coquelicots le cadavre ensanglanté d’Alice n’est peut-être pas le premier ni le dernier meurtre commis par un dangereux psychopathe. De lourds secrets inavoués et inavouables jusqu’à lors enfouis dans les vertes collines du Luberon rejailliront sur Tommy et ses proches.

Le compte à rebours a commencé. Un corbeau vil oiseau de mauvais augure plane dangereusement au-dessus des paysages de Cézanne aux parfums de garrigue et de lavande, jetant son voile noir sur la mer bleu marine des Cyclades s’invitant dans les folles soirées Tropeziennes et troublant la dolce vita de la Riviera italienne L’été sera peut-être leur dernière saison. Un été meurtrier.

Extrait

« Elle se reposait au milieu des hautes fougères qui ondulaient sous le vent naissant. Des larmes de rosée d’une infinie douceur perlaient sur son visage de belle madone italienne. On aurait dit une antique sculpture de carrare d’une innocente blancheur. Le mistral joyeux, insolent, impétueux, s’engouffrait dans les bras tortueux des pins parasols qui semblaient applaudir le récital entêtant d’apprenties cigales déchaînées. Le village se préparait à la fête nationale, les fanfares défileraient bientôt dans la rue principale de Lourmarin. Les militaires et pompiers s’affairaient à faire briller leurs équipements. Fort de sa renommée, une foule de touristes se pressait devant la Fontaine aux Trois Masques bien ombragée, avant d’envahir plus tard les galeries d’art et boutiques bio. Albert Camus avait succombé au charme de ce village provençal, classé parmi les plus beaux et plus typiques de France. C’était un bourg vivant, animé, bien loin d’un village musée. Il avait retrouvé ici, sur ces terres provençales, la lumière et les couleurs de son Algérie natale.

Lourmarin se dévoilait timidement, protégé par des platanes centenaires à l’abri de ses clochers et de son magnifique château de style renaissance. Les petites ruelles et venelles abritaient des maisons tantôt colorées, tantôt en vieilles pierres ; elles offraient leurs façades hors d’âge aux rosiers grimpants, aubépines, lierre ou bougainvilliers flamboyants.
Les rues du village s’enroulaient comme un escargot et grimpaient sur la petite colline pour offrir au printemps une vue panoramique sur les prés envahis par de graciles coquelicots bordés de milliers d’iris multicolores, un tantinet snobs. Au mois de juillet les champs de lavande, véritable mer violette et mauve combattaient farouchement pour le 1er prix de beauté avec les vignobles verts tendre alanguis sous un soleil éclatant. Roger Harth et Donald Cardwel n’auraient pu créer plus beaux décors et plus seyants costumes pour leurs pièces de théâtre. En toile de fond, le patchwork de rose, mauve, violet des lavandes odorantes, fascinantes, enivrantes, tantôt parsemées de géants tournesols au garde-à-vous en habits de lumière d’un jaune éclatant. Au premier plan, le bourdonnement des abeilles, inlassables butineuses prélevant le précieux nectar des fleurs sucrées. Des vagues immobiles ondulant jusqu’à l’horizon, tout en courbe, les rubans couleur lilas qui courent sur de petits coteaux arides, écrasés de soleil, magnifiés par le bleu électrique d’un ciel immense. Une terre baignée de lumière. S’il y a bien un spectacle magique en Luberon, c’est celui de la floraison de la lavande, quand la campagne revêt son plus beau manteau violet. Les parfums qui explosent, qui enivrent…

Une ode, un hymne à la joie célébrant cette nature bigarrée, parfumée, où les senteurs vivifiantes des pins et eucalyptus se mélangent harmonieusement aux essences capiteuses des lavandins et aux arômes diffus des vergers alentour. Une symphonie étourdissante de parfums. Cette chaleur matinale qui vous met de bonne humeur, promesse d’une belle journée de juillet. La campagne qui se réveille tout doucement, encore étourdie d’une nuit trop courte, trop chaude, trop arrosée. Mais elle ne regardait pas cette exquise esquisse immortalisée par le talentueux Cézanne, non elle ne regardait pas Alice, elle ne voyait pas la longue allée de cyprès bleus-verts qui menait du petit cabanon à la belle et grande bastide ocre. La Bastide Enchantée, quelle ironie ! Étendue dans le champ de coquelicots écarlates et fragiles, elle aussi fragile et écarlate. Sa belle robe blanche tachée du vermillon de ces fleurs, symbole de la vie, de la plénitude et du bonheur. Mais ici, protégée des regards indiscrets, derrière le paravent des hautes fougères, allongée sur ce tapis floral rouge sang et voyant le trou béant sur son cou si délicat, on sut que la belle Alice n’irait jamais au Pays des Merveilles… »

Contreparties

6,00

- Un message de remerciement
- Votre nom de contributeur dans le livre
0 contributeurs

12,00

- Le livre en format ebook
- Votre nom de contributeur dans le livre
1 contributeurs

19,00

- Un exemplaire papier
- Une dédicace du livre en avant-première
- Votre nom de contributeur dans le livre
16 contributeurs

29,00

- Un exemplaire papier
- Une dédicace du livre en avant-première
- Le livre en format ebook
- Votre nom de contributeur dans le livre
3 contributeurs

45,00

- Un exemplaire papier
- Une dédicace du livre en avant-première
- Un second exemplaire à offrir à la personne de votre choix
- Le livre en format ebook
- Votre nom de contributeur dans le livre
5 contributeurs

75,00

- Un exemplaire papier
- Une dédicace du livre en avant-première
- Deux autres exemplaires à offrir aux personnes de votre choix
- Le livre en format ebook
- Votre nom de contributeur dans le livre
- Un remerciement spécial au contributeur en couverture du livre
- Une rencontre avec l'auteur
3 contributeurs
  • Les étapes de création

    Mon objectif est d'atteindre 990 € de préventes afin de rendre possible la réalisation des maquettes, la correction, l'impression et la promotion.
    C'est pourquoi je fais appel à vous, auteurs, lecteurs et amoureux des mots ! Votre précommande permettra à mon projet de devenir réalité grâce à une équipe de professionnels.
    Votre appui me sera précieux et vous recevrez vos contreparties dès la fin de la campagne.

Scroll to top