Électron Libre

Enseignante, parisienne et amoureuse des mots. Voilà sans doute les trois ingrédients qui m’ont aidée à écrire ce livre ; transmettre une histoire de rencontres à travers les mots tout en pérégrinant dans la capitale.
Et puisqu’à 40 ans, il est temps d’aller à l’essentiel, j’aime à penser qu’il faut agir comme un électron libre, accroché(e) à ses rêves d’enfance de façon énergique : écrire !

Je vous propose d’être acteur de la naissance de mon livre en m’aidant à faire de sa parution prochaine, avec les Editions Maïa, un succès. Plus les préventes seront nombreuses, plus mon livre sera promu et diffusé. En retour, vous serez présents dans le livre en page de remerciements et vous recevrez le livre en avant-première, frais de port inclus !

1 095,00 de préventes
49 Contributeurs
0 Days Left
Préventes :
110.61%
Objectif : 990,00
Projet abouti !
Creator
1 Projet(s)

extrait sans copyright. Electron libre - Pauline Decreuze-1

 

Ce roman est l’histoire d’une rencontre qui commence mal (très mal!) au sein de la petite maison d’édition parisienne L’Électron Libre . Alors qu’Anouck et Foucault auraient dû en rester là, entre mauvaise impression et ressentiments, voilà que les autres personnages s’en mêlent, et bouleversent l’après.
Tout est alors chamboulé dans le quotidien des personnages de ce roman, poussés par l’envie d’ (ré)écrire le monde qui les entoure et bien sûr l’histoire d’Anouck et de Foucault.

Qui n’a pas rêvé de changer le cours des choses, comme si l’on avait le pouvoir de gommer les mauvaises expériences et de permettre aux belles de se concrétiser. Je vous invite à suivre les péripéties de mes personnages qui ont compris finalement que la vie est un roman ouvert.

Extrait

Foucault tournait sur son fauteuil en cuir se cramponnant sur les accoudoirs. Le contact avec la matière avait quelques choses d’apaisant. Il avait la sensation que tourner en rond lui permettait d’y voir plus clair. Il faisait défiler devant ses yeux les murs blancs de son bureau, l’ordinateur allumé et les étagères du fond. S’il avait pu tourner plus vite, il l’aurait fait. Il était impulsif alors le mouvement lui permettait de se calmer provisoirement.

L’épisode de ce matin l’avait fortement énervé. Il s’était contrôlé pour ne pas exploser. L’air narquois de cette fille l’avait mis hors de lui. Elle s’était payé sa tête devant ses employés avec un naturel insolent. Il l’avait mauvaise.

Depuis, cette satanée envie d’allumer une clope ne le quittait plus.

En retard, drôle et arrogante. Jolie aussi. C’était bien là tout le problème. Une employée qui avait autant d’atouts professionnels pour imposer son admiration et une beauté manifeste avec laquelle il devrait improviser. Anouck lui plaisait autant qu’elle l’agaçait profondément. Une fraction de seconde avait suffi pour qu’il sache. Il s’arrêta net devant son écran et feuilleta de nouveau son CV. Brillante et intelligent, qui veut avoir le dernier mot. Sa prestation rapide lors de la réunion de ce matin en était une preuve manifeste.

Alors que l’équipe sortait de la salle à la fin de la séance, Foucault n’avait pas résisté et l’avait interpellée :

-Mademoiselle Lambert, vous êtes priée de vous présenter à 14H dans mon bureau. Et soyez à l’heure s’il vous plaît.

Pour ne pas perdre la face, pour montrer qui était le patron. Il n’avait pas contrecarré son impulsivité et à présent, il se détestait de l’avoir prise de haut. Il n’avait pas maîtrisé son impétuosité. Encore moins l’effet qu’elle lui avait fait. Il n’apprivoisait pas ni sa gêne ni cet effet déstabilisant.

Il l’attendait donc.

Nerveusement.

  • Les étapes de création

    Mon objectif est d'atteindre 990 € de pré-ventes afin de rendre possible la réalisation des maquettes, la correction, l'impression et la promotion. C'est pourquoi je fais appel à vous, auteurs, lecteurs et amoureux des mots ! Votre précommande permettra à mon projet de devenir réalité grâce à une équipe de professionnels.