La marche du funambule

Enseignante et heureuse habitante d’une petite ville proche de Fontainebleau, de formation scientifique, j’ai toujours aimé lire et écrire (mon premier écrit s’intitulait La fée Patins à roulettes et j’avais sept ans !).
Dans La marche du funambule, mon « vrai » premier roman, on y retrouve quelques-uns des thèmes qui me tiennent particulièrement à cœur : la tendresse que j’éprouve pour les artistes et les personnages atypiques, l’amour des arts et de Paris, le besoin viscéral d’indépendance et de liberté, la difficulté d’être en adéquation avec soi et la recherche, à la fois passionnante et anxiogène de l’amour.
Écrire ce roman a été un vrai plaisir expiatoire, désormais décuplé par le bonheur de le partager.
Je fais aujourd’hui appel à vous pour réaliser ensemble ce projet d’édition. Je vous propose de contribuer à la naissance d’un livre et de devenir partenaires de cette création. Votre nom en tant que contributeur sera présent dans le livre que vous recevrez en avant-première !

991,00
de préventes sur 990,00
0
jours restants
32
contributeurs
100.10%
Projet réussi ! Un grand merci à tous les contributeurs !

Description

La marche du funambule, c’est une tranche de la vie de Robin, jeune Parisien de 35 ans, rêveur, mélomane, amoureux des livres et des arts, de sa ville, passionné par Van Gogh, et qui a méticuleusement organisé sa vie de façon à subir le moins de contraintes et de pression possibles.
Il va vivre deux liaisons amoureuses, l’une ancrée dans la réalité, l’autre virtuelle, et devra faire un choix…
Il rencontre aussi des personnages parfois un peu décalés, ceux qui sont passés à côté de leurs aspirations par malchance ou par négligence, des personnages qui, comme lui, comme chacun de nous, cherchent, malgré tout, à réaliser leurs rêves.
En participant à la création de ce roman, léger et optimiste dans sa forme, vous m’aidez à diffuser à travers lui, l’idée réconfortante que les rêveurs, les poètes, les funambules de tout poil, peuvent faire leur petit bonhomme de chemin !

[…] L’intensité dans les aigus et le volume de sa voix avaient accompagné son indignation et Robin ne put s’empêcher de grimacer : pour un peu, il se serait bouché les oreilles ! Elle poursuivit : « Je ne pense pas être exigeante, mais il y a tout de même un minimum… ! Et le minimum pour un homme, c’est de régler les additions au restaurant, de reconduire sa partenaire chez elle, d’avoir des petites attentions de temps à autre, et lorsque la femme se trouve aussi être une maman, la seconder dans ses tâches ménagères, tellement harassantes… » Elle s’interrompit soudain, car Robin, fourchette en l’air, la regardait, pétrifié, avec des yeux ronds. « Ça va, Robin ? Tu as une drôle de tête… j’espère que ce n’est pas tout ce que je viens de dire qui te met dans cet état ! Ne t’en fais pas, je suis certaine que toi, tu es un homme bien ! »
Si, c’était précisément cette longue tirade sur les devoirs d’un homme « bien » qui avait mis Robin dans cet état de stupeur avancé. […]

[…] Robin, le cœur sautillant décida de prendre le chemin des écoliers pour retourner chez lui. Ses pas le menèrent au bord de la Seine. L’obscurité qui envahissait doucement Paris faisait ressortir les lumières de la ville qui se fragmentaient dans l’eau du fleuve. Le spectacle était irréel : des pixels dans toutes les nuances du doré se formaient, se déformaient, vacillaient au gré du mouvement de l’eau qui prenait des teintes bleu marine, vert émeraude, de plus en plus sombres, presque noires maintenant. Quasiment face à Notre-Dame, dont l’ombre imposante absorbait l’obscurité naissante, Robin s’était accoudé au muret qui surplombait et suivait la Seine. Il se sentit heureux, presque euphorique. Il était à sa place, là, à cet instant précis, à s’emplir de toute la grâce que lui offrait sa ville, touché et reconnaissant. […]

[…] Plongé dans ses pensées, il sursauta quand une voix l’interpella : « Bonsoir… ou plutôt bonjour ! » Robin chercha d’où pouvait surgir cette voix et aperçut, là, quelques mètres en arrière, une forme assise sur un banc. Il venait de passer devant sans s’en être rendu compte. C’était un homme. Un SDF sans doute. Robin lui répondit poliment « Bonsoir » et s’apprêtait à reprendre sa route, mais l’homme poursuivit : « Quelle nuit magnifique ! » […]

  • Les étapes de création

    Mon objectif est d'atteindre 990 € de préventes afin de rendre possible la réalisation des maquettes, la correction, l'impression et la promotion.
    C'est pourquoi je fais appel à vous, auteurs, lecteurs et amoureux des mots ! Votre précommande permettra à mon projet de devenir réalité grâce à une équipe de professionnels.
    Votre appui me sera précieux et vous recevrez vos contreparties dès la fin de la campagne.

Scroll to top