La rose de l’œil de l’Afrique

Kais KRISSANE est né dans la grande région où est né son héros. C’est là que s’arrête la ressemblance avec lui. Il livre son cinquième ouvrage ; un regard retraçant la résilience d’un enfant du désert refusant le déterminisme et croyant en la capacité de l’homme à agir sur son destin.

Je vous propose d’être acteur de la naissance de mon livre en m’aidant à faire de sa parution prochaine, avec les Editions Maïa, un succès. Plus les préventes seront nombreuses, plus mon livre sera promu et diffusé. En retour, vous serez présents dans le livre en page de remerciements et vous recevrez le livre en avant-première, frais de port inclus !

270,00 de préventes
9 Contributeurs
Préventes :
27.27%
Objectif : 990,00
Minimum amount is € Maximum amount is €
Creator
1 Projet(s)

À la recherche de nourriture et d’eau pour ses bêtes, parcourant un océan de sable et de dunes où seuls les hyènes et les chacals sont rois, un jeune berger n’acceptait pas ses conditions de vie et finit par refuser le destin assigné aux gens de sa catégorie.
Avec force et résilience, il crut dans ses rêves et brava des obstacles pour construire un autre destin. Le déterminisme n’existe pas, seule la volonté pouvait changer le cours des choses.
Il abandonna son troupeau, son village et sa famille pour un Nouveau Monde à la recherche d’un autre avenir. Une mystérieuse rose des sables vint changer le cours de sa vie et des années plus tard, elle fut la cause de ses malheurs. Existe-t-il une malédiction des roses des sables ?
Et, malgré l’exil, tant qu’il y aura des dunes, le désert était la raison du retour à son premier campement….

Extrait

« Sur la route, le silence des paysages donne l’impression que l’on approchait d’une autre planète. Soudain, deux bornes à moitié ensevelies dans le sable. L’une indiqua la direction “des Douars Ashabs El-khayria” (hameaux des amis de la charité). L’autre la direction de l’œil de l’Afrique. En bas d’une des bornes, en petites lettres à peine lisibles, on pouvait déchiffrer le nombre de kilomètres à parcourir pour arriver à “des Douars Ashabs El-khayria”. Sur l’autre borne on pouvait lire : cinq semaines ; le temps qu’il faudra pour atteindre l’œil de l’Afrique. Et, pour ajouter à l’imprévu, dans ce désert où seul l’aigle rôde dans le ciel, il y avait deux directions ; l’une vers le coucher du soleil, l’autre vers le Nord. Les deux pistes amenaient à une oasis où nichait le village et plus rien après ; la fin de la planète. Ce lieu était très loin de tout, et dans le village aucune agitation, un silence de cimetière, la piste se rétrécit et au bout, une petite place en terre, pas de trottoirs, ni d’éclairage public. Seul signe de vie, une épicerie avec un tapis abandonné devant l’entrée rappelant que le gardien des lieux n’était pas loin. À première vue, rien dans le village ne pouvait rappeler une civilisation terrestre, s’il n’y avait une civilisation de l’entraide entre villageois. Tous ceux qu’on pouvait rencontrer étaient des gens ordinaires, des gens optimistes, solidaires et courageux. Ils étaient optimistes parce qu’ils croyaient que le lendemain était toujours plus heureux que la veille. Ils étaient solidaires parce que socialement et économiquement ils formaient une communauté d’entraide soudée malgré l’immensité du désert. Ils étaient courageux parce que seuls les gens du désert pouvaient vivre entourés de dunes se renouvelant en permanence et des hyènes et des chacals parcourant jour et nuit les steppes à la recherche de charognes victimes de sécheresse. Une civilisation gardienne d’une vieille forme de vie et de traditions qui avaient disparu ailleurs. Une communauté de vie où l’effort de travail fourni ne donne pas droit à un salaire individuel, mais à un partage d’une production collective, et où il n’y avait ni employeurs ni employés, pas plus d’institutions d’ailleurs, en dehors d’une école à une classe et un homme à képi représentant de l’ordre. Une vie ordinaire organisée autour des échanges et de l’entraide entre les hommes et les femmes des villages. ».

Contreparties

6,00
- Un message de remerciement
- Votre nom de contributeur dans le livre
1 contributeurs
12,00
- Le livre en format ebook
- Votre nom de contributeur dans le livre
0 contributeurs
19,00
- Un exemplaire papier
- Une dédicace du livre en avant-première
- Votre nom de contributeur dans le livre
6 contributeurs
29,00
- Un exemplaire papier
- Une dédicace du livre en avant-première
- Le livre en format ebook
- Votre nom de contributeur dans le livre
0 contributeurs
45,00
- Un exemplaire papier
- Une dédicace du livre en avant-première
- Un second exemplaire à offrir à la personne de votre choix
- Le livre en format ebook
- Votre nom de contributeur dans le livre
0 contributeurs
75,00
- Un exemplaire papier
- Une dédicace du livre en avant-première
- Deux autres exemplaires à offrir aux personnes de votre choix
- Le livre en format ebook
- Votre nom de contributeur dans le livre
- Un remerciement spécial au contributeur en couverture du livre
- Une rencontre avec l’auteur
2 contributeurs
  • Les étapes de création

    Mon objectif est d'atteindre 990 € de pré-ventes afin de rendre possible la réalisation des maquettes, la correction, l'impression et la promotion. C'est pourquoi je fais appel à vous, auteurs, lecteurs et amoureux des mots ! Votre précommande permettra à mon projet de devenir réalité grâce à une équipe de professionnels. Votre appui me sera précieux et vous recevrez vos contreparties dès la fin de la campagne.