La Terre des Hérons

Je suis une fille du nord… de la France. Et le revendique haut et fort ! Fille de cultivateurs, amoureuse de la nature et de ses valeurs.

Mère de famille, assistante culturelle et adjointe qualifiée du patrimoine au sein d’une médiathèque, l’heure bénie de la retraite a sonné depuis peu… l’heure de se remettre à cet ouvrage, qui me tenait à cœur depuis tellement longtemps. J’espère que vous prendrez autant plaisir à le lire que j’ai eu de plaisir à l’écrire…

Je vous propose d’être acteur de la naissance de mon livre en m’aidant à faire de sa parution prochaine, avec les Editions Maïa, un succès. Plus les préventes seront nombreuses, plus mon livre sera promu et diffusé. En retour, vous serez présents dans le livre en page de remerciements et vous recevrez le livre en avant-première, frais de port inclus !

1 018,00 de préventes
56 Contributeurs
0 Days Left
Préventes :
102.83%
Objectif : 990,00
Projet abouti !
Creator
1 Projet(s)
Extrait validé 1-15

 

Je regarde… je regarde encore… en sirotant un petit café, par la fenêtre de ma cuisine.  Intriguée par le manège, le ballet incessant qui se déroule sous mes yeux.

Installés depuis peu dans notre nouveau logement, au beau milieu de la campagne, dans le joli village d’Aulnoy, près de Valenciennes,  dans le Nord de la France, région rebaptisée Hauts-de-France à présent, je goûte quelques instants de repos bien mérités après un déménagement qui semblait ne jamais vouloir en finir…

Mon regard se porte vers cet horizon valenciennois, sans vis-à-vis,  juste la campagne et au loin les villes minières de notre région, la silhouette massive des quelques terrils résistants… tels des géants barrant la route à l’ère moderne, mais déjà grands perdants depuis bien longtemps maintenant.

Extrait

Nous étions en 2005, la machine à remonter le temps devait “se mettre en route” pour presque deux heures, qui se transformeront bientôt en longs après-midi, de dimanche en dimanche.  Et ce n’était qu’un début, je l’ignorais encore à cet instant-là…

C’était en février 1921… la sage-femme du village madame Boyer vit surgir à son domicile, comme un beau diable sortirait de sa boîte, hors d’haleine, Henri, l’ouvrier agricole,  le valet de ferme, comme on disait à l’époque, de la cense de mes grands-parents Charles et Angèle. Henri, qu’on appellera toute sa vie « monsieur Henri ».
Charles-Léon-Baptiste de naissance, Charlot comme on l’appelait dans le village, était de 1884. Un grand gaillard d’au moins 1m80, bâti comme un roc. Il en abattait de l’ouvrage à lui tout seul… c’était mon grand-père.
Angèle-Hortense-Yvonne de naissance, ma grand-mère, était plus jeune, elle avait vu le jour en juin 1893. Ses parents n’avaient pas le sou et épouser un fils de censier, à cette époque, c’était une valeur sûre.  Au moins, elle ne mourrait jamais de faim et ses enfants non plus !

C’était là, une assurance sur la vie future, condition sine qua non, bien entendu, étant qu’elle donne au moins un fils à son époux, surtout en mémoire des grands-parents disparus et pour faire honneur à ceux qui avaient la chance d’être encore vivants, un héritier qui perpétuerait le nom de famille et la lignée des « gens honorables » qu’ils étaient.
Les parents ne faisaient pas de sentiments au temps d’avant. Issue d’une famille de 7 enfants, la petite serait déjà une bouche de moins à nourrir pour eux, si elle trouvait preneur…
Son père, Florimond, courageux  menuisier à la tâche, n’avait pas toujours suffisamment de travail pour entretenir et nourrir sa nombreuse famille. Parfois, on l’appelait ici ou là pour quelques menues réparations, un meuble à restaurer, une table à rafistoler, une porte de maison ou d’étable à poser, une mangeoire à fabriquer… il allait ainsi de maison en maison, de ferme en ferme proposer et louer ses services.
Sa mère Joséphine, petite bonne femme chétive, avait subi les affres d’une méchante poliomyélite dans son jeune âge, emboîtant le pas à une grave maladie tuberculeuse pulmonaire, un peu plus tard.  Elle avait fait d’ailleurs un séjour au sanatorium de Berck, sur la côte d’Opale.
Ses maternités successives l’avaient bien affaiblie au fil du temps.

  • Les étapes de création

    Mon objectif est d'atteindre 990 € de pré-ventes afin de rendre possible la réalisation des maquettes, la correction, l'impression et la promotion. C'est pourquoi je fais appel à vous, auteurs, lecteurs et amoureux des mots ! Votre précommande permettra à mon projet de devenir réalité grâce à une équipe de professionnels. Votre appui me sera précieux et vous recevrez vos contreparties dès la fin de la campagne.