Les vieux ne parlent plus

Homme, strasbourgeois, 40 ans, ayant des yeux et aimant s’en servir pour capter de beaux moments.
J’ai écrit ce livre pour raconter, pour divertir, pour questionner, pour faire sourire.

Mon objectif initial de 990€ est atteint : merci !
La réalisation des maquettes, la correction et la promotion sont en route grâce à vous et aux Editions Maïa ; je souhaite maintenant atteindre le second palier de préventes afin que la promotion et la diffusion de mon livre soient boostés.

1 499,00 de préventes
35 Contributeurs
0 Days Left
Préventes :
100.94%
Objectif : 1 485,00
Projet abouti !
Creator
1 Projet(s)

Extrait

 

“Les vieux ne parlent plus” est un roman. Il raconte les échanges entre Monsieur Réméyé et l’animateur sportif de son EHPAD, et remonte le fil menant à la désertion du pensionnaire.

A travers ce récit, j’ai souhaité évoquer la possibilité de voir les jolies choses là où elles sont, c’est-à-dire potentiellement partout.
Voilà l’idée que prolonge Daniel Réméyé, insatisfait de sa condition en Maison de Retraite, et désireux de choisir lui-même de quoi son quotidien doit être fait.

Si « Les vieux ne parlent plus », j’espère que l’écriture et l’édition de ce livre sont un moyen de leur donner une voix.

Extrait

crédit photo : insta @_helenebth

Le jour de mon arrivée, les vieillards présentaient bien, quoique rafistolés de manière archaïque et décalée au vu de la saison. À l’instar de leur accoutrement, leur politesse et leurs manières avait quelque chose de passé. Dehors, le printemps fleurissait, mais pour se découvrir encore, il faudrait attendre l’été.

L’atmosphère avait sa fragrance, son quelque chose d’ancien, ça dressait le décor. Au coeur de cet autre espace, on entrait dans une autre ambiance, c’était ici un autre temps, c’était ici un autre siècle. Ça m’avait frappé sitôt que j’avais inspiré, un parfum qui reste quand les gens sont partis et dont on profite ensuite encore.
L’odeur planait partout. Dès l’accueil, dans les couloirs, dans les chambres, elle était là, lourde, hormis là où les vieux n’entraient jamais, ou bien dans les pièces où à grand renfort d’huis ouverts et de brûleurs perpétuellement allumés, l’air n’avait de cesse de se renouveler.

Cette odeur n’était pas nauséabonde, pas plaisante non plus.
Cette odeur me dis-je d’abord, c’était la vie qui s’en allait, emportant avec elle les centenaires, et laissant derrière eux une trace de passé.
Quelque temps m’avait été nécessaire pour comprendre mon erreur, au milieu des ancêtres, de leur gentillesse discrète, de la douceur silencieuse, et de la lente gaieté.
Cette odeur tenace en vérité, c’était la vie qui s’accrochait.

  • Les étapes de création

    Mon objectif initial de 990€ est atteint : merci ! La réalisation des maquettes, la correction et la promotion sont en route grâce à vous et aux Editions Maïa ; je souhaite maintenant atteindre le second palier de préventes afin que la promotion et la diffusion de mon livre soient boostés.