L’hymne à la vie

Aimer, s’aimer soi, et se respecter soi sont des actes de foi, de courage : c’est pour cela que j’ai écrit « L’Hymne à la vie ». Car j’ai à cœur de partager cet amour, cette foi, cette volonté, cette détermination, cette énergie, cette force presque invincible qui m’ont portée et permis d’avancer pas à pas sur ce chemin du « S’aimer soi » (spirituellement parlant). Je n’ai jamais accepté de faire partie de ceux qui subissent, et qui ont été peut-être confrontés à une vie dont ils ne voulaient pas. Quel autre choix lorsque l’on te martèle, au quotidien, dès ton plus jeune âge, à grands coups dans la tête et sur le corps : « Tu n’es qu’une bâtarde, tu es nulle, tu es une bonne à rien, et tu ne feras jamais rien de ta vie ! ».

Je fais aujourd’hui appel à vous pour réaliser ensemble ce projet d’édition. Je vous propose de contribuer à la naissance d’un livre et de devenir des partenaires pour cette création. Votre nom en tant que contributeur sera présent dans le livre et vous recevrez le livre en avant-première !

1 025,00 de préventes
43 Contributeurs
0 Days Left
Préventes :
103.54%
Objectif : 990,00
Projet abouti !

Description

 

Amour« L’Hymne à la Vie » c’est l’histoire d’une gamine martyrisée, aussi rebelle et détestant l’injustice, que rêveuse, tendre, sensible, qui a pris le monde de plein fouet, et qui, depuis sa plus tendre enfance, s’est dit : « Comment je fais maintenant pour répondre à cela ? »

Tout ce que j’ai fait est en résonance avec cette violence vécue. Comment ai-je répondu à cela avec ce que j’ai pu observer, vivre en moi et autour de moi : la souffrance physique, psychique, la colère, la perversité, la manipulation, etc. ?

Paradoxalement, ma seule réponse à cela, alors que je ne connaissais même pas ce mot ni cet acte… C’est cet amour qui a vibré très fortement en moi dès que mes yeux se sont ouverts sur le monde.

J’ai osé faire le grand saut dans l’inconnu, j’ai osé la liberté trois fois dans ma vie en repartant à zéro : à 18 ans, 31 ans et 56 ans. Alors, oui, incarner l’amour, car que faire d’autre aujourd’hui dans ce regard que je porte sur le monde à part Aimer de tout mon cœur avec toutes les potentialités et l’expérience que j’en ai acquises.

Voilà pourquoi l’Amour… En réponse à ce grand choc et à ces énormes traumatismes qui ont été la violence physique et psychologique, cet Amour qui m’a sauvée de toutes les turpitudes de la spirale infernale dans laquelle j’aurais pu m’embourber : la dépression, la déprime, les addictions, et rester avec cela à l’intérieur de moi, car c’est extrêmement toxique.

Grâce à cet amour indissoluble que je porte en moi depuis toujours et qui a été MON SAUVEUR, j’ai vraiment à cœur d’accompagner des personnes qui, comme moi, ont vécu des traumatismes sévères et aliénants. Jeunes ou moins jeunes qui ne veulent pas faire partie de ceux qui subissent, mais qui ont cette envie, non négociable, d’aimer, de faire des choix d’amour, de paix, d’harmonie et d’équilibre et non de manque, de peurs, d’angoisses, de stress, etc.

Extraitlove

« Fais le silence en toi, concentre-toi, et regarde » :

« Quelle est cette femme, l’air complètement hagard, qui marche au hasard des rues, sans destination précise, le visage inondé de larmes ? Elle est jeune, belle, et semble si seule au monde. Je n’en reviens pas. Elle marche ainsi dans Paris, durant des heures. Enfin, elle s’arrête épuisée, dans un café, où il y règne une ambiance de fête.

Lorsqu’elle y pénètre, le temps semble s’arrêter. Ainsi perdue, isolée parmi la foule, un jeune homme l’invite à la joyeuse troupe qui fête son anniversaire. Ces quelques heures volées au temps, elle les mérite bien, d’autant que plusieurs fois son regard a croisé celui d’un bel homme assis au bar. Un regard pénétrant, insistant presque magnétique.

Lorsque la joyeuse bande quitte le bar, c’est tout naturellement que l’homme l’invite à prendre un verre.

Je les regarde prête à hurler ; ils m’ordonnent de me taire, et de continuer à regarder en silence. Il aura suffit de quelques coupes de champagne pour l’étourdir. C’est sa première fois, sa première expérience. Quel gâchis !

C’est l’aube d’un nouveau jour, la jeune femme est allongée dans un lit d’hôtel, endormie, son visage semblant si serein et si paisible, tandis que l’homme se rhabille tranquillement. Sans aucun scrupule, il l’abandonne lâchement partant vers d’autres aventures, et ne se souciant nullement de son sort. C’est un marginal qui mène une vie décousue. Peu lui importe une femme de plus ou de moins ; il n’a qu’un seul but, et nul ne pourra le détourner de cet objectif. Il veut être comédien, devenir une star et que le monde entier lui appartienne. Son ambition n’épargnera rien ni personne !

Je hais déjà cet homme… !

Quand la réalité refait surface, et que cette femme émerge de son profond sommeil, ses yeux parcourent la pièce. Elle n’ose croire ce qu’elle comprend, et son regard en dit long sur sa détresse et son désespoir.

Depuis sa naissance, la vie ne l’aura pas épargnée ! Son existence défile comme un mauvais cauchemar ! Elle revoit son père la quitter quand elle n’a que deux ans, et son long combat pour la récupérer lorsque sa mère est morte, alors qu’elle avait à peine cinq ans. Combat qu’il perdra, et abandonnera à bout de souffle, lorsque ses tantes maternelles l’adopteront. À quoi cela aura-t-il servi, puisque telle Cendrillon, elle aura été la domestique de sa douzaine de cousins et cousines, et la servante de sa tante ?

À 21 ans, après avoir subi une terrible maladie qui lui aura non seulement brûlée l’épiderme du cou, mais également fait perdre la moitié de sa superbe chevelure, nul ne se souciant de son sort, elle décidera de partir d’Oran, sa ville natale, et de tenter sa chance à Paris. Un des amis de sa tante, à qui elle s’est confiée, s’expatriant lui aussi en France, lui promet de ne pas l’abandonner, et de lui procurer un travail.

C’est ainsi que ne sachant ni lire ni écrire, sa famille adoptive n’ayant pas jugé utile de l’intellectualiser, son seul ESPOIR en poche, elle débarque à Paris chez cet homme qui lui offre un poste de gouvernante. Mais c’était sans compter sur ses viles assiduités, ses horribles mains essayant en vain de la fouiller quotidiennement. Ce qu’elle venait justement de fuir, marchant ainsi au gré de son destin, les yeux aveuglés par un brouillard de larmes, suffoquant de douleur, pour finalement se retrouver, ici dans cette chambre d’hôtel, seule et souillée comme une femme de « mauvaise vie » !

C’est un parcours infernal qui la poursuit, et qu’elle devra assumer tout au long de sa vie.

C’est ainsi qu’Anya mettra au monde la petite fille dont vous allez découvrir l’histoire… »

  • Les étapes de création

    Mon objectif est d'atteindre 990 € de préventes afin de rendre possible la réalisation des maquettes, la correction, l'impression et la promotion. C'est pourquoi je fais appel à vous, auteurs, lecteurs et amoureux des mots ! Votre précommande permettra à mon projet de devenir réalité grâce à une équipe de professionnels. Votre appui me sera précieux et vous recevrez vos contreparties dès la fin de la campagne.