Lourdeur et décadence

par Michael Rori

J’ai 31 ans, j’ai ressenti le besoin d’écrire depuis mon plus jeune âge. C’est un moyen de donner une réalité extérieure à mes émotions, une visibilité à ce qui n’existait que dans mon subconscient. Un réel défouloir. L’oubli et le silence sont la punition qu’on inflige à ce qu’on a trouvé laid ou commun, durant notre promenade à travers la vie.

Ce livre est l’expression de sentiments, de vécu, et de mon imagination parfois débordante. Même s’il y a des choses qu’il faut avoir le courage de ne pas écrire, j’essaie d’être juste envers les autres, ainsi qu’envers moi même.

Je fais aujourd’hui appel à vous pour réaliser ensemble ce projet d’édition. Je vous propose de contribuer à la naissance d’un livre et de devenir des partenaires pour cette création. Votre nom en tant que contributeur sera présent dans le livre que vous recevrez en avant-première !

2 contributeurs

120,00

de préventes sur 990,00
12%

Soutenir le projet
Minimum amount is € Maximum amount is €

Ce livre est né en plein « confinement », à l’heure où la France, ainsi que chaque pays du monde était en « pause ».

C’est indéniable et de nombreuses études l’ont prouvé : une période d’isolement comme nous l’avons vécue, a des effets délétères sur notre psychisme et sur notre moral. 

Certains d’entre nous ont pu, cependant, mettre à profit ce temps de « pause », afin de laisser libre court à son imagination. 

Cette période nous aura permis de nous recentrer sur l’essentiel, de prendre du temps pour nous.

J’ai pu penser, repenser à ma vie, la réinventer.

J’ai couché sur papier, cette envie, ce désir de changer mon mode de vie. Un récit romancé, mais l’intention, et les sentiments sont réels.

Ce roman traite des sujets de société actuels. Réseaux sociaux, solitude, confinement, incompréhension des français face à la crise.

Chaque individu pourrait se reconnaitre dans ce que j’ai écrit, et, ainsi, avoir l’audace de l’espoir, cette croyance en des jours meilleurs.

Extrait : 

Le rideau métallique étant ouvert, de nouveaux assaillants étaient présents devant la galerie… Les journalistes.

Interview sur interview. Il n’y avait aucun doute sur le fait que cet attentat allait nous faire de la publicité, à Alessio, comme à moi.

Une sculpture avait été touchée en vitrine, j’allais pouvoir tripler son prix malgré ce détail, car elle avait été témoin d’un attentat historique sans précédent.

J’expliquais aux journalistes comment nous avions tenté de nous raisonner, la peur au ventre, enfermés dans la galerie pendant cette longue prise d’otage.

J’expliquais combien Alessio avait été héroïque, combien il avait réussi à me rassurer.

Bien heureusement, les effets de l’alcool s’étaient dissipés.

De la même manière il expliquait combien j’avais été courageuse malgré ma blessure de tenir bon face à cette angoisse omniprésente qui régnait au dessus de nos têtes. A savoir si nous allions survivre ou non à cet attentat.

Il expliquait à quel point nous essayions de garde notre sang froid.

Je ne vais pas vous faire un dessin. Nous avions délivré à la presse, tout ce qu’elle souhaitait entendre pour ses gros titres.

Vous vous doutez que nous n’allions pas raconter que nous avions passé notre temps à boire et baiser sans nous soucier de tous ces morts à l’extérieur. 17 personnes ont perdues la vie et 88 ont été blessé.


Contreparties
  • Les étapes de création

    Mon objectif est d'atteindre 990 € de préventes afin de rendre possible la réalisation des maquettes, la correction, l'impression et la promotion. C'est pourquoi je fais appel à vous, auteurs, lecteurs et amoureux des mots ! Votre précommande permettra à mon projet de devenir réalité grâce à une équipe de professionnels. Votre appui me sera précieux et vous recevrez vos contreparties dès la fin de la campagne.