L’ours malheureux

Écrivain, peintre, sculpteur, cheminot, je suis Éric Barberi.
J’ai débuté mon parcours d’auteur grâce à l’auto-édition, actuellement je suis édité en France aux éditions Sydney Laurent et le Lys Bleu, l’écriture est une de mes passions et cela depuis neuf ans, la recette de mon bonheur !

Je vous propose d’être acteur de la naissance de mon livre en m’aidant à faire de sa parution prochaine, avec les Editions Maïa, un succès. Plus les préventes seront nombreuses, plus mon livre sera promu et diffusé. En retour, vous serez présents dans le livre en page de remerciements et vous recevrez le livre en avant-première, frais de port inclus !

649,00 de préventes
27 Contributeurs
0 Days Left
Préventes :
65.56%
Objectif : 990,00
Projet abouti !
extrait

 

L’auteur a voulu, à travers cet ouvrage, réconcilier. Le but est que les parents et les enfants, issus de leurs amours, prennent plaisir ensemble, même s’ils sont séparés.

Si ce livre peut permettre de les réunir, au moins une fois encore, la partie sera gagnée. Car tôt ou tard, les enfants, qui à leur tour deviendront grands, lorsqu’ils retomberont par hasard sur ce livre, penseront à ce moment de partage.

Préface de Valentine.H

C’est avec une émotion vive que je dépose mes écrits pour vous inviter à la rencontre de l’ours.
Cet ours solide, et pourtant si sensible, est malgré tout un ours malheureux, mais il garde dans son for intérieur cette lumière, cette envie d’être aimé pour ce qu’il est au plus profond de lui.
Un animal robuste oui ! Certes !
Mais qui a besoin de tendresse, de magie dans ses instants de vie.
Un de ses tours !, transformer son miel en pain, puis en extraire des miettes et les laisser se disperser au vent jusqu’à en donner à celui qui se trouve au plus prés, sans oublier celui qui se situe au plus loin, l’ours n’oublie personne.

Grâce à lui, mon âme d’enfant divague, ce personnage empli d’émotion et de valeur démontre combien il faut savoir se relever pour soutenir à son tour.
C’est un ours penseur, qui écrit, qui contemple, qui fabrique la bonne humeur, qui enrichit le pauvre, et qui invite à la joie et à la convivialité.
Un ours peu banal, qui nous rappelle que chaque histoire a une moral !
Lui se réjouit de ce qu’il est devenu pour savoir savourer les simplicités de la vie.
Un grand ours au cœur chaud, un grand doudou, qui chante, qui danse, qui rêve, qui unit, un ours qui ne laisse pas indifférent, du fait qu’il soit ours, cela n’est pas commun, mais également du fait que sa magie fonctionne.

Je vous invite, les petits tout comme les grands à vous promener sur ses chemins ornés de belles valeurs et de générosité, il n’en sera que ravi et j’en suis certaine, sa plume divaguera sur son papier pour nous emmener à nouveau vers d’autres aventures.

Je remercie l’auteur Eric Barberi de m’avoir convié, merci à l’ours malheureux de nous insuffler avec délicatesse le meilleur de lui.
Merci.

Valentine.H (auteure)

Extrait

Il était une fois, dans une ville du sud de la France, ou vivait « L’ours ». À la sortie de l’hiver, lors d’un dimanche ensoleillé, après que l’ours ait commencé à ranger sa « grotte », il alla au parc. Toujours dans cette même ville du Languedoc Roussillon, assis sur un muret gréco-romain, dos aux fontaines, face à une statue semblant représenter une déesse avec un archer, l’ours pensait. Cette déesse en pierre était accompagnée d’un chien en train de lui lécher la main gauche, tous deux ornés de fleurs. L’ours avait quitté son banc habituel et avait chaud et soif. Il avait pris ses livres de poésie en espérant en vendre pour pouvoir boire et manger. Il y avait beaucoup d’enfants accompagnés par leurs parents, voir les grands-parents. Également derrière lui, face aux fontaines, un vieux clown, vêtu d’un pyjama orange et de chaussures jaunes assorties à son gros nœud papillon avec de longs cheveux grisonnants, dansait sur des musiques anciennes, voire slaves. Devant lui, mais à sa droite, un parcours de quelques centaines de mètres qui était destiné au circuit des poneys.

Ces petits chevaux costauds devaient également avoir chaud, car ils n’étaient pas allés chez le coiffeur et leurs poils étaient longs, mais heureusement leurs charges n’étaient pas lourdes. Il n’y avait que de très petits enfants qui étaient assis sur leurs selles, et une couverture protégeait leurs dos.

  • Les étapes de création

    Mon objectif est d'atteindre 990 € de pré-ventes afin de rendre possible la réalisation des maquettes, la correction, l'impression et la promotion. C'est pourquoi je fais appel à vous, auteurs, lecteurs et amoureux des mots ! Votre précommande permettra à mon projet de devenir réalité grâce à une équipe de professionnels. Votre appui me sera précieux et vous recevrez vos contreparties dès la fin de la campagne.