Des Nouvelles de notre époque

de Caire

Des Nouvelles de notre époque  est le premier ouvrage que je termine pour marquer une fin et me lancer dans un second tome. Pour dévoiler l’énigme, dans ce premier volume tout en moi est là ! Cet ouvrage porte toutes les maladresses de la tentative d’une première écriture. Je suis comme tout individu, la chute permet d’apprendre, le regard permet la confrontation.

Je vous propose de participer à la naissance de mon livre en m’aidant à faire de sa parution prochaine avec les Éditions Maïa, un succès. Plus les préventes seront nombreuses, plus il sera promu et diffusé. En retour, vous y graverez votre empreinte et y serez mentionnés en page de remerciements (selon accord). Vous recevrez ainsi le livre en avant-première, frais de port inclus !

6,00 de préventes
1 Contributeur
Préventes :
0.61%
Objectif : 990,00
Minimum amount is € Maximum amount is €
Creator
Par Caire
1 Projet(s)

Des Nouvelles de notre époque est une pérégrination d’histoires courtes de notre temps, de ce début de siècle. Elles ne répondent pas à ce qu’est notre temps, mais plutôt dessinent nos histoires au hasard des rencontres. Certaines des nouvelles ont été esquissées au tout début du siècle et même avec un pied encore dans le siècle passé. D’autres sont beaucoup plus proches d’aujourd’hui.

Ce livre n’a pas vocation à porter de morale, de philosophie, d’idéologie ; le livre peint un quotidien avec des personnages que nous rencontrons, que nous croisons sans prendre garde, parfois. Chaque individu est une histoire, une illustration du tableau de la vie où l’inspiration grave l’ère.

Des Nouvelles de notre époque  parcourent des thèmes de société sur le fantastique, sur l’impertinence fondée de l’adolescence, sur la solitude, sur la politique au quotidien, sur le monde du travail et d’autres encore… Je vous laisse découvrir les thèmes fantastiques du champ du réel.

Extrait de  Des Nouvelles de notre époque  de Caire

« (…) Un soir, pourtant, un groupe de jeunes s’aventura dans ce bar et depuis ce soir, ils en revinrent régulièrement. Au loin, le chant des vêpres entonnait le déclin du jour quand eux se prêtèrent sermon de se donner rendez-vous là, au Chat qui mousse, où ils élurent leur domicile nocturne. C’était devenu leur rituel, hérité de l’époque où ils avaient été étudiants. La vie estudiantine avait été pour eux le lieu de s’instruire des cours en amphithéâtre à profiter du savoir prodigué de leurs professeurs. Mais pas seulement, il arriva qu’ils se retrouvassent au café en face de leur fac à réviser collectivement leurs leçons ou peut-être plus exactement à les sécher. De là, chaque fois, ils en avaient profité pour reconstruire le monde, ils avaient prodigué tout leur esprit à gamberger ; la bière avait rempli leur cerveau sans se brouiller comme l’instruction alimente l’esprit sans soûler. Mais au Chat qui mousse, un soir tout bascula, ces jeunes hommes allaient sortir d’une expérience qui les marquera à vie.
L’art de la délicate éloquence et du jeu sérieux de la connaissance animait vivement cette bande de sauvageons. Ces habitués de la rhétorique du Chat qui mousse parlèrent de tout, de rien ; ils savaient tout, rien ne leur échappait, qu’ils aient ou non décroché leurs diplômes, leurs parlottes n’avaient de limite que l’imaginable de la pensée humaine.
Un soir, où tout se passait comme d’habitude, avec des rires, des discussions passionnées, des prises de bec et des réconciliations, des tournées de bière, des prises de casse-tête, des grignotages, bref la vie ordinaire d’un jeune en soirée. L’un d’eux eut le chic de partager le fond de son intime conviction. Il jaspina d’un ton grave « le hic de nos retrouvailles, c’est que nous sommes qu’entre nous, des garçons ! ». Le silence parcourut l’assemblée des jeunes gars, le temps qu’un ange passe et repasse une douzaine de fois au-dessus de leurs têtes.
« C’est mieux ainsi, même si je me suis toujours posé la question » renchérit l’illuminé du soir. Ce à quoi tous prononcèrent son avis à tour de rôle et en même temps du bienfondé de ce collectif fermé à la gente féminine. Au final, ils se résolurent à transgresser le hic.
Il ne fallut pas attendre très longtemps. Ce fut ce même soir où elle poussa la porte du bar du Chat qui mousse et de son regard chatoyant, dévisageant un à un ces gaillards, la chattemite s’avança au comptoir. Personne ne s’y était attendu, mais c’est bien à partir de ce moment-là où tout merda pour les compères. Pourtant, rien ne préfigurait le dérapage incontrôlable de cette soirée ordinaire, avec ces clients des habitués, ces jeunes accros de leur aventurisme courageux à renverser la table du conformisme. Et pourtant ! Imaginez le tableau. Les gamins se ragaillardissent de leurs philosophies de comptoir, prêt à bousculer le monde après tant d’années de réflexion, invitèrent la belle à partager leur table parsemée de pintes de bière. Aux accents goguenards du jeune en rut découvrant la pulpeuse au ton châtain, la conversation des damoiseaux et de la damoiselle se mêla de rires vagissants, de vociférations bucoliques, de crissements charmeurs bref de conversations tardives de toute nuit festive (…). »

Nouvelle « Au Chat qui mousse »

Contreparties

12,00
- Le livre en format numérique
- Votre nom de contributeur dans le livre
0 contributeurs
19,00
- Un exemplaire papier
- Une dédicace en avant-première
- Votre nom de contributeur dans le livre
0 contributeurs
29,00
- Un exemplaire papier
- Une dédicace en avant-première
- Le livre en format numérique
- Votre nom de contributeur dans le livre
0 contributeurs
45,00
- Un exemplaire papier
- Une dédicace en avant-première
- Un second exemplaire à offrir à la personne de votre choix
- Le livre en format numérique
- Votre nom de contributeur dans le livre
0 contributeurs
75,00
- Un exemplaire papier
- Une dédicace en avant-première
- Deux autres exemplaires à offrir aux personnes de votre choix
- Le livre en format numérique
- Un remerciement spécial au contributeur en couverture du livre
- Une rencontre avec l'auteur
0 contributeurs
  • Les étapes de la création

    L'objectif de cette campagne est d'atteindre 990 € de préventes, qui participeront à la diffusion et à la promotion du livre lors de son édition officielle. Auteur(rice), lecteur(rice) et amoureux(se) des mots, votre collaboration est valorisée pour faire de ce projet tant attendu, une belle réussite, grâce à l'équipe professionnelle des Editions Maïa. En précommandant, vous gravez votre empreinte dans cette œuvre originale et y inscrivez votre nom*. Vous recevrez vos contreparties dès la fin de la campagne de prévente.

    *selon votre accord