Oestralia

Je m’appelle Justine Garcia, j’ai 27 ans et je suis peintre. J’ai voulu écrire un livre par échos à ce que j’ai toujours voulu transmettre dans ma peinture : un message d’amour, de tolérance et d’alerte !

Je fais aujourd’hui appel à vous pour réaliser ensemble ce projet d’édition. Je vous propose de contribuer à la naissance d’un livre et de devenir des partenaires pour cette création. Votre nom en tant que contributeur sera présent dans le livre et vous recevrez le livre en avant-première !

690,00 de préventes
24 Contributeurs
0 Days Left
Préventes :
69.70%
Objectif : 990,00
Projet abouti !

Extrait 1-11 (16)

 

Je me réveille le cœur en chamade, le regard perdu, le corps engourdi, la mémoire égarée. L’espace temps perturbé, la tête me tourne. Elle retombe sur mon oreiller. Ma respiration se rappelle à mes oreilles. Mon souffle se rappelle à mon cœur. Je suis en vie. Je suis Justine. Il est 10 heures du matin, Paris profite d’un joli samedi. Nous sommes sur Terre et nous sommes en 2019.

Je reste là, allongée, dans mon lit, un long moment. Le regard embué par les dernières gouttelettes d’eau d’Oestralia.

Je ne pensais pas avoir besoin de raconter mon histoire, car après tout ce n’était qu’un rêve. Mais je ne pensais pas non plus que tout s’accélérait, que la planète déciderait qu’en 2020 il était l’heure de confronter l’humain à lui-même, à la brutalité de son espèce et à la sauvagerie de son cœur.

J’ai donc décidé pendant plusieurs semaines de me souvenir de ce que mon rêve m’avait appris. De me souvenir fort de ce moment suspendu.

C’est ce que raconte, comme un petit conte, cette histoire d’un rêve, plus réel que les prisons invisibles dans lesquelles nous avons décidé de nous laisser enfermer pour ne plus avoir à réfléchir aux conséquences désastreuses de nos actes.

Extrait

« Juliette se réveille brusquement, le cœur haletant. D’un bras tremblant elle saisit son verre d’eau et ne peut s’empêcher d’éprouver un trouble étrange en l’observant. Il est huit heures trente et jamais elle n’a rêvé aussi fort.
La jeune fille se lève et jette brièvement un regard à son reflet dans le miroir de sa chambre. Elle ne semble pas convaincue par ce qu’elle voit. Qui est — elle ? Étienne ou Juliette ?

Sa mère est déjà partie au travail. Elle essaye d’entrer dans sa routine. Elle allume la télévision, ouvre la fenêtre pour espérer avoir un peu d’air frais et se vautre dans le canapé. Le regard vide. Elle repense encore et encore à Étienne. À la panique dans ses yeux. À cette trouille qui l’a empêché de bouger. À ce déchirement de cœur lorsqu’il reconnut sa mère parmi ses créatures apeurantes. Et puis comment ce lac a-t-il pu devenir un océan brillant au soleil ? 

“Jo Beffez déclare que la lune ne lui résistera pas malgré son évidente fuite. Alarmistes, les scientifiques interrogés sur le sujet craignent que cela ne créée de fortes marées.

Les autorités, elles, voient cela comme une opportunité de pouvoir répondre à la crise du logement toujours plus lourde. En effet, cela pourrait représenter de nouveaux espaces constructibles pour les plus démunis.”
Juliette expire. Le retour à la réalité est tout aussi peu réjouissant que son rêve. Au moins, la mer de son rêve est belle… La réalité devient de plus en plus affreuse.

Au déjeuner, Juliette est dans la lune. Elle repense encore à son rêve. Elle ressent la brise qui caresse la mer et dans ce vent léger elle entend presque une voix, une voix familière qui chante. Pas un de ces chants avec des mots, mais presque comme des vibrations. De temps à autre Lucie lui met un coup de coude pour la ramener à la réalité. Léa la regarde avec de grands yeux gris sondeurs. Depuis longtemps Juliette n’a pas de secrets pour ses amies, mais cette fois quelque chose l’empêche de leur raconter, elle aurait voulu, mais elle ne peut pas. Peut-être demain. Ou peut-être plus tard, après le sport, mais pour le moment c’est encore compliqué. 

Elle sent qu’elle doit le garder pour elle. Ne pas les affoler. Après tout, ce n’est qu’un rêve. »

  • Les étapes de création

    Mon objectif est d'atteindre 990 € de préventes afin de rendre possible la réalisation des maquettes, la correction, l'impression et la promotion. C'est pourquoi je fais appel à vous, auteurs, lecteurs et amoureux des mots ! Votre précommande permettra à mon projet de devenir réalité grâce à une équipe de professionnels. Votre appui me sera précieux et vous recevrez vos contreparties dès la fin de la campagne.