Pleurer jusqu’à plus soif

par Marie Ley

Après un premier roman autobiographique, j’ai souhaité me lancer dans la construction d’un personnage pouvant exister dans la vie réelle en revenant à mes premières amours : l’interview et la rédaction.
L’histoire de Séverine est donc construite à partir des témoignages de 14 femmes malades alcooliques qui m’ont fait l’honneur d’accepter de se confier à moi. Ce travail d’écoute et d’écriture a duré près d’un an.

Je fais aujourd’hui appel à vous pour réaliser ensemble ce projet d’édition. Je vous propose de contribuer à la naissance d’un livre et de devenir partenaires de cette création. Votre nom en tant que contributeur sera présent dans le livre que vous recevrez en avant-première !

44 contributeurs

1 056,00

de préventes sur 990,00
107%

Projet terminé

Séverine forme depuis 18 ans un couple idéal avec Guillaume qu’elle aime et admire aussi éperdument que lorsqu’elle était étudiante. Tous les deux s’épanouissent dans leur vie familiale, sociale et professionnelle où la consommation d’alcool occupe une place importante mais festive.
Jusqu’à ce qu’un événement fasse sombrer Séverine dans un alcoolisme qui n’a plus rien de mondain, la rendant dépendante et détruisant ce qu’elle imaginait jusqu’alors être une vie parfaite.
Pour ses enfants, Séverine va se battre et se faire soigner, même si cela signifie affronter des réalités qu’elle avait choisi d’ignorer depuis des années…

« Je m’agite sur mon siège. Mais elle se prend pour qui, cette petite infirmière de merde ? Elle sait que je suis associée dans une des meilleures entreprises parisiennes d’événementiel ? La colère m’envahit, moi, Séverine Maréchal, ne vais pas me laisser interroger de cette manière par une petite conne qui aurait pu faire carrière dans la Gestapo !
Je hausse donc le ton.
“Écoutez, je ne sais pas pour qui vous me prenez, mais je ne suis pas une alcoolique ! J’ai une famille, une carrière, et ce qui est arrivé hier est juste un malheureux ACCIDENT !”
Il me semble entendre la Chouette pousser un léger soupir. Elle reste très calme quand elle me répond.
“Madame Maréchal, une famille séparée depuis près de 6 mois, je crois ? Et une carrière interrompue puisque je vois que vous êtes en arrêt maladie depuis plusieurs mois ?”
Je m’empourpre.
Je confirme, c’est la Gestapo cette nana !
Il faut absolument que je conserve mon sang-froid, même si ses paroles m’atteignent telles un coup de poignard.
“Effectivement, notre couple traverse une période difficile, mais la séparation est provisoire. Quant à mon arrêt maladie, j’ai fait un burn-out, c’est malheureusement assez fréquent de nos jours.”
Je tente de l’amadouer en la brossant dans le sens du poil, nous mettre sur un pied d’égalité, et précise avec un grand sourire, “Vous devez connaître ça dans le dur monde des soignants ?”
La Chouette ne prend pas la peine de me répondre. Elle doit se demander ce qu’elle peut encore tenter pour établir un vrai contact.
L’espace d’un instant, je me vois telle qu’elle me voit.
Une femme de 42 ans, boursouflée, les yeux cernés, le teint blême, des cheveux blonds, sales, qui tombent raides et emmêlés sur des épaules recouvertes d’une blouse d’hôpital. Une femme qui fait pitié. Une femme qui sent le vomi. Une femme moche. Et surtout une femme qui ment.
Parce que la Chouette a raison.
Moi, Séverine, mère de deux enfants, à la carrière professionnelle épanouissante, habitant une belle et spacieuse demeure, enviée et admirée depuis toujours par son entourage, je mens à tous.
Moi, Séverine, je suis alcoolique. »


Contreparties
  • Les étapes de création

    Mon objectif est d'atteindre 990 € de préventes afin de rendre possibles la réalisation des maquettes, la correction, l'impression et la promotion. C'est pourquoi je fais appel à vous, auteurs, lecteurs et amoureux des mots ! Votre précommande permettra à mon projet de devenir réalité grâce à une équipe de professionnels. Votre appui me sera précieux et vous recevrez vos contreparties dès la fin de la campagne.