Sous les dentelles de Satan

Journaliste dans un grand quotidien régional, d’abord en tant que reporter photo puis rédacteur, je m’investis désormais dans l’écriture fictionnelle longue. Sous les dentelles de Satan est mon premier roman. Deux autres sont actuellement en développement.
Tout en m’échappant des contraintes d’expression journalistique, mon vécu professionnel me permet d’inventer des histoires et de créer des univers sans faire totalement abstraction des codes de la réalité.
Ma connaissance de la photo a développé chez moi une forte mémoire visuelle qui s’est avérée utile pour mon imaginaire écrit, notamment dans les descriptions. Dans le même ordre d’idée, ayant suivi de nombreux faits divers, j’ai une connaissance approfondie des procédures policières et judiciaires, que ce soit à travers le déroulement d’une enquête comme de la couverture d’un procès de cour d’assises. Cet acquis, conjugué à mes appétences pour la mythologie et la culture (je suis également musicien, peintre et sculpteur), me permet de dérouler mes intrigues selon un contraste réel-imaginaire où l’illusion du fantastique est toujours présente.
Caractéristique qui se retrouve dans mon appétit culturel personnel puisque je me sens aussi proche d’univers a priori éloignés que sont ceux de Simenon ou de séries mythiques comme American Horror Story ou Bates Motel, l’essentiel étant, à mes yeux de raconter une histoire à la fois crédible et palpitante. Idem pour la ville et la campagne que j’apprécie, autant l’une que l’autre. L’urbain, m’apporte la frénésie et la culture, la nature le calme et la simplicité. Encore une histoire de contraste. On ne se refait pas.

Je fais aujourd’hui appel à vous pour réaliser ensemble ce projet d’édition. Je vous propose de contribuer à la naissance d’un livre et de devenir partenaires de cette création. Votre nom en tant que contributeur sera présent dans le livre que vous recevrez en avant-première !

1 108,00
de préventes sur 990,00
0
jours restants
49
contributeurs
111.92%
Projet réussi ! Un grand merci à tous les contributeurs !

Description

Davantage habillée fashion, pour une soirée rooftop sur les Champs que pour une escapade en montagne, Sophie n’en finit plus de se perdre dans l’immensité d’une forêt vosgienne où elle ne devait s’arrêter qu’un instant. Son existence légère bascule dans un cauchemar bien réel lorsqu’elle croise sur son chemin le sinistre destin du Caméléon.
Serial killer d’une intelligence hors-norme, le psychopathe sanguinaire porte son nom comme le gant de la mort. Pervers manipulateur d’excellence, il s’attribue des rôles, toujours diaboliques, aussi éclectiques que gourou d’un village d’altitude, chef d’un clan de bikers ou jetsetteur au charisme ambivalent.
Tandis que l’enquête des gendarmes s’enlise, Sophie, entourée de deux autres victimes ayant échappé aux filets funestes du Caméléon, se lance aux trousses de son bourreau. La course-poursuite est lancée. Elle emmène ses protagonistes des contreforts des Vosges aux rives de la Méditerranée.
Tout au long de cette chasse macabre et haletante, la noirceur et la démence du tueur s’amplifient pour révéler au grand jour la complexité psychologique insensée d’un être irrémédiablement maléfique.

« — Alors ! On ne peut plus assassiner des gens tranquillement ? Qui es-tu ? Que viens-tu faire chez moi ? Tu veux l’absolution ? Réponds !
Henry grimace de douleur.
— Je fais des photographies d’animaux sauvages et je me suis perdu.
— Oui et moi je suis la reine d’Angleterre et je vais donner à manger aux corbeaux dans la tour de Londres. Depuis quand, lorsque l’on est paumé, au lieu de frapper à une porte, on s’emmerde à monter sur un billot de bois pour mater chez les gens ?
L’homme a fait le tour de la table et vient se planter en face d’Henry, à côté de ses deux victimes. Ses yeux aux pupilles dilatées brillent d’une intensité malsaine. Sa longue silhouette, sa robe noire, comme ses cheveux et ce regard si perçant, si mauvais le font ressembler à un personnage de bande dessinée fantastique. Ses doigts fins se posent sur l’épaule de la vieille femme dont la tête tombe vers l’avant faisant tressauter son énorme poitrine. À ses côtés, son compagnon de mort paraît immense. Son cou de taureau semble supporter un visage lunaire trop petit. Ses yeux reflètent la bêtise et la surprise.
— Mais, je ne vous ai pas présentés. Ça, c’est la brave Suzanne et lui, c’est Julot, son fiston. Ils sont, enfin, étaient, à mes ordres depuis des années. Fidèles, corvéables à souhait… Mais là, j’ai dû m’en séparer. 

Les temps sont durs et l’évêché ne me rémunère pas à la hauteur des services que je lui rends. Non, je plaisante. Je m’en tape de l’évêque et de sa clique de bouffeurs d’hosties. Pour tout dire, malgré mon habit, je suis plutôt de l’autre côté. Si tu vois ce que je veux dire. Tu ne t’es toujours pas présenté, le photographe de souris. T’inquiète pas, je vais le savoir tout de suite.
L’homme tire sur l’anorak d’Henry, fouille ses poches et finit par tomber sur son portefeuille.
— Voyons voir… Tiens, tiens, tiens, un journaliste qui va rater le scoop de sa vie. Comme c’est dommage, tu n’as vraiment pas de chance. Tu as devant toi un serial killer qui vient de dégommer… Attends que je réfléchisse. Bon, je compte uniquement cette année. Les deux flics, les deux abrutis derrière moi. Ha oui ! L’ami Georges, mais ça, ce n’est pas du jeu, en fait, ce n’est pas vraiment moi. Ça nous fera quand même, six morts avec toi. Je vais te faire une confidence. Je ne pense pas que je vais m’arrêter là. »

  • Les étapes de création

    Mon objectif est d'atteindre 990 € de préventes afin de rendre possibles la réalisation des maquettes, la correction, l'impression et la promotion.
    C'est pourquoi je fais appel à vous, auteurs, lecteurs et amoureux des mots ! Votre précommande permettra à mon projet de devenir réalité grâce à une équipe de professionnels.
    Votre appui me sera précieux et vous recevrez vos contreparties dès la fin de la campagne.


Scroll to top