Survivre ou Mourir

Mon manuscrit s’inspire de mes expériences personnelles, explorant des émotions liées au deuil, à la colère, et à la joie. J’ai intégré des passages poétiques anticipant un futur possible, ainsi que des thèmes sombres reflétant la mort et ses figures. La publication de ce livre est un hommage à mon grand-père décédé en avril 2023, tout en transmettant un message aux lecteurs sur la persévérance face aux critiques extérieures et la poursuite de ses propres aspirations.

Je vous propose de participer à la naissance de mon livre en m’aidant à faire de sa parution prochaine avec les Éditions Maïa, un succès. Plus les préventes seront nombreuses, plus il sera promu et diffusé. En retour, vous y graverez votre empreinte et y serez mentionnés en page de remerciements (selon accord). Vous recevrez ainsi le livre en avant-première, frais de port inclus !

694,00 de préventes
22 Contributeurs
Préventes :
70.10%
Objectif : 990,00
Minimum amount is € Maximum amount is €
Creator
1 Projet(s)

Survivre ou Mourir explore le parcours d’une jeune fille en quête de vérité sur les origines de l’humanité, révélées progressivement à travers le journal intime de son arrière-grand-mère. Il aborde également le thème de la survie face à une cavale, mettant en lumière les liens forts qui se forgent ou se détruisent entre les différents personnages. La trahison est un motif récurrent, plongeant le personnage principal dans une confusion totale qui la pousse à des actes immoraux et criminels.

Destiné idéalement à un public jeune adulte ou adulte, ce livre devrait séduire les amateurs de science-fiction axée sur la survie, l’action, les émotions des personnages, et la violence. Cependant, il pourrait ne pas convenir aux âmes sensibles en raison de son contenu intense.

Extrait de Survivre ou Mourir par Natacha Gallot

Chapitre 26 : Reconstitution neurologique

« JOUR 68 »

« La journée a été quelque peu épuisante, nous avons rangé et établi une liste de tout ce que nous possédons dans la réserve, avec l’aide précieuse de Johana et d’Alycia. Une fois le déjeuner passé, je décide de me reposer dans ma chambre, les autres sont soit à la salle de sport, soit en train de jouer aux jeux vidéo. Je m’écroule sur le lit et finis par m’endormir. Il fait sombre et il fait froid, je sens comme un courant d’air. J’essaie de m’avancer pour explorer les environs, de fuir l’obscurité et d’atteindre la lumière. Je marche sans m’arrêter afin d’y trouver de la chaleur. Au bout de quelques minutes, l’obscurité se dissipe et laisse place à la lumière, la véritable. Je continue jusqu’à heurter une personne. Je la regarde et fais un signe de la main pour m’excuser et lui dis :
– Excusez-moi, je ne vous avais pas vu !
Mais la personne ne réagit pas, la bousculade ne l’a pas atteint, étrange…
Je passe mon chemin et parcours les allées de maisons, de belles demeures… Et à ce moment, il me semble reconnaître une personne, cette personne qui s’apprête à quitter sa maison. Elle est jeune, belle, et porte une belle robe longue au coloris bleu, et elle a le ventre arrondi, une légère brise fait danser ses mèches brunes rebelles. Je m’approche avec précaution et je me rends vite compte que cette personne est Arya, mon arrière-grand-mère. Je ne perds pas une minute, je me précipite dans sa direction, j’arrive devant son porche le souffle à moitié coupé. Elle se retourne et me scrute de la tête aux pieds.
– Qui êtes-vous donc ?, étonnée et surprise, je mets quelques secondes à lui répondre.
– Je suis…
Elle me coupe la parole, m’attrape par le poignet et me pousse à l’intérieur de sa maison.
– Sombre idiote, que fais-tu dans le passé ?, dit-elle avec une pointe de colère. Elle continue :
– Tu ne devrais pas être là, c’est trop dangereux, surtout à cette époque. Nous sommes en temps de crise. Il faut impérativement que tu quittes ce temps.
Elle me regarde dans les yeux et continue de me parler, mais aucun son ne parvient jusqu’à mon oreille interne. Elle s’éloigne de plus en plus comme si le temps reculait, puis tout disparaît l’instant d’après.
Tout est à nouveau sombre et froid.
Je décide alors de répéter l’opération effectuée juste avant : marcher. Puis, la lumière jaillit telles les flammes de l’Enfer. Elle m’aveugle, mais je continue d’avancer. J’aperçois une colline. Je me mets alors à grimper jusqu’à atteindre le sommet. Face à moi se tient un homme, il est de dos. Je m’approche de lui tout en restant sur mes gardes, il se retourne, c’est mon père. Effrayée, je recule d’un pas et tombe à la renverse, dégringolant la colline. Une fois en bas, j’essaie tant bien que mal d’ouvrir les yeux, je m’examine, j’ai des ecchymoses partout sur le corps. Je m’apprête à me relever quand j’entends un « CRACK », je hurle de douleur et regarde les yeux remplis de larmes alors ma cheville, elle était fracturée, une belle fracture ouverte. Je vois au loin un piquet avec une corde au bout, n’étant qu’à seulement quelques mètres, je me hisse jusqu’à elle, traînant mon lourd corps. Mais j’y parviens. Je hisse encore une fois mon corps en tirant sur la corde de toutes mes forces. Je suis debout !
À côté de moi, se trouve un petit papier que je saisis et lis : « Si tu appuies sur le bouton blanc, tu reviendras chez toi saine et sauve. Si tu appuies sur le bouton noir, tout ne sera que torture et douleur. Que choisis-tu : la liberté ou la torture ? »

Je n’avais pas d’autre choix que d’appuyer sur le bouton blanc, le retour à mon époque est la solution. Je pris mon courage à deux mains et appuyai avec force et détermination sur le bouton blanc. C’est alors qu’une violente douleur prit possession de ma tête, un son strident sortit de ma bouche pour exprimer la douleur que je ressens à cet instant précis. Mon cerveau était comme comprimé, malaxé par une personne, comme si elle jouissait de cette torture qu’elle était en train de m’infliger. La douleur était insupportable, tellement insupportable que je me mis à quatre pattes en tenant ma tête, comme si cela allait la stopper. Mais rien ne changeait, mon hurlement était seulement une douce mélodie pour mon ravisseur. Je savais que l’apparition à l’époque d’Arya et le test sur le choix des deux boutons étaient la stimulation neurologique. C’est le jeu des marionnettes, mais qui est-il ? La dernière étape est la suppression de la mémoire. Je ferme encore une fois les yeux, une dernière fois, me forçant cette fois-ci à me remémorer tous les souvenirs passés avec ma famille, amis et Ben. J’enregistre avec soin le visage de chacun d’eux : Johana, Alycia, Jackson, Ben, Peter, Zoe, Cassy, Brenden, Max, Juliette, Harris, Thomas, Madison, Marina, Luis, Carlos, Veronica, Shawn, Jonathan, Dorothée, Linda et enfin mes parents. Je sens un courant me happer, dans cette spirale, le tourbillon de l’oubli, mais une autre force m’attire du côté opposé. Je vois une forme de visage, je m’avance et celui-ci se dessine parfaitement, c’est celui de Johana. Elle me tend la main et semble me parler, mais je n’entends rien, alors je fais un pas de plus.
– Prends ma main, Clark, me hurle-t-elle.
Je lui tends la main et me tire brusquement vers elle. Soudainement, j’ouvre les yeux et je réalise avec effroi que je suis dans le laboratoire et non, comme je le pensais, dans ma chambre. Je tourne la tête vers le monitoring, et le bip est en panique. Johana me regarde, les yeux humides par les larmes, et me dit :
– Tu es revenue d’entre les morts.
– Je suis partie, puis revenue. J’ai subi une stimulation neurologique, dis-je dans un essoufflement.
– Nous avons failli te perdre, dit Marina.
– Mais je croyais que la dernière étape supprimait simplement la mémoire, elle baisse le regard et secoue la tête négativement.
– Seulement si tu arrives à t’en sortir, mais l’objectif premier est d’exterminer tous les descendants d’Arya.
– Et bien raté, dis-je en haussant les épaules.
– Ce qui vient de se produire est absolument terrifiant et glaçant, nous devons agir et démasquer le marionnettiste, dit Peter.
– Ah, à ce point-là ? demandais-je en regardant Ben dans les yeux.
– Oui, tu as eu des convulsions, tes yeux sont devenus blancs, tu ne réagissais pas aux stimulations, tu t’es mise à saigner du nez et des oreilles.
– Qu’allons-nous faire ? demandé-je en les regardant un par un. Tout le monde était là, sauf Johana, Alycia et ma mère. Pourquoi ? Ils baissèrent la tête de honte, Marina me regarda avec un air rempli de tristesse et de pitié.
– Nous allons te laisser dans l’infirmerie sous surveillance.
– Il en est hors de question, vous n’allez pas m’enfermer, je ne suis pas un animal de laboratoire. Hors de moi, j’arrache tous les câbles collés sur ma peau et me lève. Elle se pose devant moi et lève ses mains à ma hauteur.
– Je te promets que cette surveillance ne durera pas longtemps, c’est pour ta protection. Elle me prend décidément pour une cruche, je savais très bien qu’ils avaient peur de moi.
– Mais bien sûr ! Vous avez peur de moi. Vous allez m’abandonner, lâchement ? Personne n’osa répondre à ma question. Je me lève d’un coup et me dirige vers la porte, mais Marina me barre la route. Mais dites-moi, où sont Johana, Alycia et ma mère ? Pourquoi ne sont-elles pas ici avec vous ?
– Elles n’étaient pas en grande forme, répondit d’une petite voix Veronica.
– Foutaise ! hurlais-je de toutes mes forces. Vous êtes des lâches, des menteurs !
Je n’ai pas le temps de comprendre ce qu’il arrive, je tourne la tête sentant une présence derrière moi. Trop tard. Une personne vient de m’injecter une dose de morphine. Je sombre à nouveau dans le néant de l’oubli. »

Contreparties

12,00
- Le livre en format ebook
- Votre nom de contributeur dans le livre
2 contributeurs
23,00
- Un exemplaire papier
- Une dédicace en avant-première
- Votre nom de contributeur dans le livre
11 contributeurs
33,00
- Un exemplaire papier
- Une dédicace en avant-première
- Le livre en format ebook
- Votre nom de contributeur dans le livre
4 contributeurs
56,00
- Un exemplaire papier
- Une dédicace en avant-première
- Un second exemplaire à offrir à la personne de votre choix
- Le livre en format ebook
- Votre nom de contributeur dans le livre
1 contributeurs
89,00
- Un exemplaire papier
- Une dédicace en avant-première
- Deux autres exemplaires à offrir aux personnes de votre choix
- Le livre en format ebook
- Votre nom de contributeur dans le livre
- Un remerciement spécial au contributeur en couverture du livre
- Une rencontre avec l'auteure
2 contributeurs
  • Les étapes de la création

    L'objectif de cette campagne est d'atteindre 990 € de préventes, qui participeront à la promotion et à la diffusion du livre. Auteur(rice), lecteur(rice) et amoureux(se) des mots, votre collaboration est valorisée pour faire de ce projet tant attendu, une réalité, grâce à l'équipe professionnelle des Editions Maïa. En précommandant, vous gravez votre empreinte dans cette œuvre originale et y inscrivez votre nom*. Vous recevrez vos contreparties dès la fin de la campagne de prévente.

    *selon votre accord