Un froid de canard

Auditeur financier et comptable, Gérard BAGOLE a tout plaqué en 2015, suite à un grave accident de la vie domestique. À 55 ans, le pari était audacieux. Ainsi s’est-il jeté à corps perdu dans la littérature, comme si une overdose de chiffres, 35 années durant, l’avait poussé vers ces lettres tant mystérieuses pour lui.

Un deuxième roman pour cet amoureux des histoires sombres et réalistes, après un premier livre également publié aux Éditions Maïa « EN RASE CAMPAGNE », un roman qui, en 2020, a rencontré davantage qu’un succès d’estime.

Il fait aujourd’hui appel à vous pour réaliser ensemble ce projet d’édition. Il vous propose de contribuer à la naissance d’un livre et de devenir des partenaires pour cette création. Votre nom en tant que contributeur sera présent dans le livre et vous recevrez le livre en avant-première !

1 500,00 de préventes
41 Contributeurs
0 Days Left
Préventes :
151.5%
Objectif : 990,00
Projet abouti !
Creator
1 Projet(s)

Description

Béarnais d’origine, l’auteur a toujours vécu dans cette région qui l’a vu naître, plus précisément tout proche du Camp de Gurs, un camp d’internement de sinistre mémoire où, durant la seconde Grande Guerre, ont été enfermés plus de 60 000 juifs et républicains espagnols. Quoi de plus naturel pour lui que d’écrire sur ce lieu de mémoire qui a hanté toute sa prime jeunesse ?

Un roman noir où un kapo béarnais, ayant construit toute sa fortune sur la pratique du marché noir, va être frappé d’une terrible malédiction lancée par une veuve juive pratiquant la kabbale. « Que le sang de mon époux retombe sur toi et sur tous tes enfants. Et que ton sang disparaisse à tout jamais de cette terre sacrée ! ».
La malédiction du sang, une terrible malédiction qui poursuivra la lignée de ce kapo béarnais, abject et cupide, sur les trois générations suivantes jusqu’à conduire à l’extinction complète de toute sa descendance.

Un roman nécessaire à rappeler à toute la jeune génération que lorsque la haine religieuse prend le pas sur la raison des hommes, l’humanité s’efface toujours face à la dictature ; mais aussi que les tortionnaires, tôt ou tard, doivent rendre des comptes, si ce n’est à la justice des hommes, à tout le moins à la justice divine.

Extrait

« Toutefois, au cours de cette période d’une abjection sans nom, une transaction allait signer la perte de ce kapo béarnais ainsi que celle de toute sa petite famille, le frappant, lui, mais également toute sa descendance, d’une série de malheurs troubles et continus durant près de soixante-dix ans, jusqu’à la complète extinction de cette branche maudite.

La tragédie qu’allait ainsi connaître toute cette maisonnée Lesclavettes de Viellenave de Ségure allait être de celles que l’on ne souhaite à personne, pas même à ses pires ennemis. Au point même qu’au plus haut sommet de l’État, l’on s’en émouvrait.

Mais il est dit que, quelquefois, il est des crimes qui ne demeurent pas impunis. Châtiments divins, méfaits génétiques, aléas de la vie, hasard également, parfois la mort violente rattrape certains malfaisants, allant même jusqu’à faire expier leur propre descendance de tous ces méfaits qu’ils ont commis.

Comme une expiation divine, comme une morale à rebours, comme un vrai sens donné à la vie par Dame Nature, elle-même, qui se chargerait ainsi de remettre l’humanité sur le droit chemin, tout en en éliminant les bourgeons corrompus.

Deux dents en or en échange d’une livre de riz. Deux couronnes vingt carats contre une misérable poignée de céréales. »

  • Les étapes de création

    Mon objectif est d'atteindre 990 € de préventes afin de rendre possible la réalisation des maquettes, la correction, l'impression et la promotion. C'est pourquoi je fais appel à vous, auteurs, lecteurs et amoureux des mots ! Votre précommande permettra à mon projet de devenir réalité grâce à une équipe de professionnels. Votre appui me sera précieux et vous recevrez vos contreparties dès la fin de la campagne.