Un père mort-né

Né à Naples après la guerre, j’ai grandi dans un quartier et une famille en ruine. Ce roman m’a permis de renouer avec ma formation philosophique et ma passion pour les récits après une longue carrière dans le commerce international que rien ne laissait présager. Parcourir le monde et rencontrer l’autre n’ont jamais cessé de nourrir mon imagination jusqu’au jour où j’ai pu enfin me consacrer à l’écriture.
Je fais aujourd’hui appel à vous pour réaliser ensemble ce projet d’édition. Je vous propose de contribuer à la naissance d’un livre et de devenir des partenaires pour cette création. Votre nom en tant que contributeur sera présent dans le livre que vous recevrez en avant-première !

1 005,00
financé sur 990,00
0
jours restants
15
contributeurs
101.52%
collecté
Projet réussi ! Un grand merci à tous les contributeurs !

Description

« Troublé par le souvenir de cet épisode lointain et proche à la fois, Éric s’était dirigé vers le jeune violoniste. À un moment donné, sans s’en rendre compte, il était tombé sur l’étui que Marco avait laissé ouvert à côté d’un buisson. Cela pouvait sembler anodin, mais pour Éric ce fut le deuxième indice déconcertant de la journée. En effet, l’étui lui sembla immédiatement familier.

N’en croyant pas ses yeux, l’ancien colonel n’avait pu résister à la tentation de vérifier ce qui était gravé sur la plaque en cuivre qui se trouvait sous la poignée de l’étui.

Pour ne pas se faire remarquer, il s’était baissé en faisant semblant de nouer ses lacets. Ainsi accroupi, il avait tiré vers lui l’étui grand ouvert, refermé le couvercle et lu le nom de Simeone Mantova gravé sur la plaque.

C’était le même nom qui se trouvait sur l’étui du Lupot qu’il avait saisi à Sophie le 20 septembre 1940 au moment de l’interroger.
Mein Gott ! s’écria-t-il en se redressant d’un coup, comme s’il avait été piqué par une vipère. À quelques mètres de lui, deux couples d’auto-stoppeurs s’étaient mis à danser sur l’air de Jealousy, le tango gitan que Marco avait entonné après la Paloma. »

  • Le budget souhaité

    Mon budget idéal serait de 990 €. La publication nécessite de participer à la correction, la mise en page, l’impression et la commercialisation afin que ce travail de création soit le mieux valorisé possible.

    Les participations seront réparties de cette manière :

    – 20 % pour la correction, la mise en page et la création de la couverture ;

    – 55 % pour l’impression.

    – 25 % pour la promotion.

    C’est pourquoi aujourd’hui je fais appel à vous, auteurs, lecteurs, passionnés de lecture !

    Votre soutien me sera précieux et c’est pourquoi je vous propose différentes contreparties en échange de votre aimable soutien.

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Seulement les clients connectés ayant acheté ce produit peuvent laisser un avis.

Scroll to top