De la bonne cuisson d’une grenouille… à l’envol du papillon

par Rosie Fenchelle

On n’imagine jamais qu’un jour on sera confronté à la violence conjugale, on pense que ça n’arrive qu’aux autres. Et puis un jour… Ça vous tombe dessus sans crier gare, sans que l’on ait rien vu venir… sans qu’un seul coup soit porté…
Puisse ce témoignage permettre de faire prendre conscience que nul n’est à l’abri, qu’une victime ne doit pas être « accablée » de reproches mais accompagnée, soutenue. Que le coupable ce n’est pas elle, mais « l’autre »…

Je fais aujourd’hui appel à vous pour réaliser ensemble ce projet d’édition. Je vous propose de contribuer à la naissance d’un livre et de devenir partenaires de cette création. Votre nom en tant que contributeur sera présent dans le livre que vous recevrez en avant-première !

46 contributeurs

1 061,00

de préventes sur 990,00
107%

Projet terminé

Quand on parle de violence conjugale, on imagine tout de suite un visage tuméfié, du sang, des coups, des bleus, parfois même le pire, le meurtre du conjoint. C’est le sommet de l’iceberg, celui qui est visible.
La violence conjugale psychologique, elle, est invisible, sournoise… Elle se met en place progressivement, insidieusement, à l’insu de la victime.
Elle est incomprise de l’entourage, qui parfois vous culpabilise autant que votre bourreau.
Et puis elle s’amplifie, devient de plus en plus lourde à supporter, dérive souvent – mais pas toujours – vers les autres violences conjugales (verbale, administrative, économique, sexuelle, physique).
Ce témoignage retrace l’histoire classique d’une rencontre, qui lentement vire au cauchemar, comme un engrenage qui va faire basculer la victime de plus en plus dans l’emprise.
Et puis un « miracle », la fuite, et puis l’après, le déni, la colère, la peur, l’acceptation, le parcours du combattant pour se faire entendre, se faire aider, une porte qui s’ouvre, une autre qui se ferme, les séquelles des traumas… et enfin la reconstruction, la résilience, la vie, l’espoir.
Si ce témoignage permet de sauver ne serait-ce qu’une vie, il aura atteint son but. Merci à tous ceux et toutes celles qui participeront à ce projet.

« Dans ce genre de contexte, on entend de tout, après coup :
– “Et pourquoi tu n’es pas partie avant ?”
– “Comment tu as fait pour ne pas te rendre compte, tu es donc stupide ?”
– “Tu es trop naïve, trop bête.”
– “Mais comment tu as pu te laisser faire à ce point-là ?”
– “Tu as accepté trop de choses, tu en es responsable ! C’est ta faute !”
Tu, tu, tu… c’est vous la coupable en somme ! Pour n’avoir pas vu, pas réagi, pas fui.
Sachez juste une chose, Mesdames et Messieurs les beaux penseurs, c’est que, quand on est dans ce genre de situation, qui se met en place très progressivement, on est piégé et manipulé, on est amoureux, on croit que le problème peut venir de nous, soit à cause de notre passé, de notre éducation, soit parce qu’on nous le fait croire, on fait des efforts en permanence, on est fatigué de lutter, on se dit que cela va s’arranger, que l’autre va comprendre qu’il fait du mal, on espère qu’il va changer, s’excuser, que notre amour va le “sauver”…

Et puis… Vous connaissez l’histoire de la grenouille ?
Quand vous plongez une grenouille dans l’eau bouillante, elle réagit aussitôt en sautant hors de la casserole. Elle comprend en effet qu’il en va de sa survie, la température trop élevée lui sert de signal d’alarme, elle sait instinctivement qu’elle est en danger.
Mais si vous la mettez dans l’eau froide et que vous augmentez progressivement la température, elle ne se rendra compte de rien et se laissera cuire sans résistance. »


Contreparties
  • Les étapes de création

    Mon objectif est d'atteindre 990 € de préventes afin de rendre possibles la réalisation des maquettes, la correction, l'impression et la promotion. C'est pourquoi je fais appel à vous, auteurs, lecteurs et amoureux des mots ! Votre précommande permettra à mon projet de devenir réalité grâce à une équipe de professionnels. Votre appui me sera précieux et vous recevrez vos contreparties dès la fin de la campagne.