Heures d’Hiver

de Philippe Bastien

Je suis un écrivain flamand, né à Eeklo en Belgique en 1962. Mes premiers romans puisent leur inspiration dans la Seconde Guerre mondiale, ma famille et ma jeunesse. Depuis toujours, j’ai été un passionné de récits. Lorsque mes enfants ont quitté le foyer, j’ai eu du temps à consacrer à l’écriture. J’ai toujours rêvé de rendre hommage à mon grand-père Richard Van Waeyenberghe, qui a tenté de saboter l’occupation pendant la guerre.

Je vous propose de participer à la naissance de mon livre en m’aidant à faire de sa parution prochaine avec les Éditions Maïa, un succès. Plus les préventes seront nombreuses, plus il sera promu et diffusé. En retour, vous y graverez votre empreinte et y serez mentionnés en page de remerciements (selon accord). Vous recevrez ainsi le livre en avant-première, frais de port inclus !

Retrouvez Philippe Bastien sur Facebook.

52,00 de préventes
4 Contributeurs
Préventes :
5.25%
Objectif : 990,00
Minimum amount is € Maximum amount is €
Creator
1 Projet(s)

Heures d’Hiver est un roman émouvant avec une pointe d’humour sur l’amour naissant, les désirs refoulés et le passage des années. Richard, qui a perdu son père lors de la Première Guerre mondiale, reçoit une carte postale de son amour d’enfance, Joséphine. Elle veut le rencontrer une dernière fois. Juste au moment où son épouse, Anna-Maria, est mourante.

À travers les yeux de Richard, le lecteur participe aux grands événements du XXe siècle : les deux guerres mondiales, la Guerre froide, l’Exposition universelle de Bruxelles et la chute du Mur de Berlin. Un récit prenant, où l’Histoire se met à vivre.

Dans ce livre, l’auteur revient sur son grand-père Richard Van Waeyenberghe, qui a essayé de commettre un sabotage pendant la Seconde Guerre mondiale. Il fut arrêté et envoyé dans un camp pénitentiaire. Lorsque Richard est rentré, il n’a pas été reçu en héros. En même temps que ses idéaux, il avait laissé tomber ceux qui l’entouraient.

L’auteur souhaite ériger un monument à son grand-père ; malgré l’attentat manqué, il reste un héros aux yeux de l’auteur. La version néerlandaise (Winteruren) a remporté un prix littéraire aux Pays-Bas et a été désignée comme l’un des meilleurs romans de 2018 par le prestigieux site flamand « In de Boekenkast ».

Extrait de  Heures d’Hiver  de Philippe Bastien (nom flamand : Filip Bastien)

Dixmude, 15 mai 1915

Le vent zigzague dans le champ de bataille et agite les coquelicots avant de grimper sur les dunes. Alors que je scrute le paysage morbide depuis ma fosse, il m’envoie des graines de coquelicot dans les yeux. Ça pique et me fait pleurer. Parfois une balle me frôle, me forçant à abaisser la tête au ras du sol. Un flirt avec la mort, je sais, mais c’est précisément dans ces moments-là que je me sens vivant.
Quand tu liras cette lettre, je serai peut-être parmi mes amis. Mort dans une guerre insensée. Une guerre de boue, de bombes et de gaz, où la vie danse avec la mort. Une guerre de doigts gelés, de puces et de poux. Une guerre de désirs impossibles et de mille peurs. Aussi de tristesse. Étrange tristesse. Une tristesse à pleurer sans larmes. À crier sans son.
Je sais, un homme doit être fort. Menton relevé, épaules redressées. Fier de se battre pour la patrie. Aucune trace de cela dans les tranchées. Je vois de gros ours durs humer des mouchoirs parfumés. La nuit, ils pleurent après leur mère. Pendant la journée, ils regardent la photo de leur femme ou de leur enfant. Comme moi, donc. Et puis tu as des soldats qui cueillent des fleurs sur le champ de bataille, ou plutôt : des coquelicots. Avant, ils n’attiraient pas mon attention : des fleurs sans valeur, trop fragiles pour durer. Pourtant, ils se tiennent là, tremblant au milieu de la violence. À chaque coup de vent, à chaque balle qui les frappe, à chaque botte qui les piétine, ils dispersent leur semence. Plus on se bat, plus il y en a. Et ils chuchotent.
Ma femme, mon amour. Si tu viens dans ces champs après la guerre et que je suis parti, promène-toi parmi les coquelicots. Écoute leurs murmures et pense à moi. Ne me laisse pas sombrer dans les rides du temps.

Précédentes publications

  • Winteruren, 2018
  • De laatste zeppelin, 2021

Contreparties

12,00
- Le livre en format numérique
- Votre nom de contributeur dans le livre
0 contributeurs
20,00
- Un exemplaire papier
- Une dédicace en avant-première
- Votre nom de contributeur dans le livre
2 contributeurs
30,00
- Un exemplaire papier
- Une dédicace en avant-première
- Le livre en format numérique
- Votre nom de contributeur dans le livre
0 contributeurs
49,00
- Un exemplaire papier
- Une dédicace en avant-première
- Un second exemplaire à offrir à la personne de votre choix
- Le livre en format numérique
- Votre nom de contributeur dans le livre
0 contributeurs
79,00
- Un exemplaire papier
- Une dédicace en avant-première
- Deux autres exemplaires à offrir aux personnes de votre choix
- Le livre en format numérique
- Un remerciement spécial au contributeur en couverture du livre
- Une rencontre avec l'auteur
0 contributeurs
  • Les étapes de la création

    L'objectif de cette campagne est d'atteindre 990 € de préventes, qui participeront à la diffusion et à la promotion du livre lors de son édition officielle. Auteur(rice), lecteur(rice) et amoureux(se) des mots, votre collaboration est valorisée pour faire de ce projet tant attendu, une belle réussite, grâce à l'équipe professionnelle des Editions Maïa. En précommandant, vous gravez votre empreinte dans cette œuvre originale et y inscrivez votre nom*. Vous recevrez vos contreparties dès la fin de la campagne de prévente.

    *selon votre accord