Actualités

Entretien avec Jérôme Champagnol – Les Évangiles oubliés

Quel a été votre sentiment quand votre livre est paru ?

Mon sentiment était ambivalent. Tout d’abord il est apparu une certaine joie et une fierté de voir son nom inscrit sur la couverture d’un livre. J’étais arrivé au bout du processus concernant ce premier roman. Mais la satisfaction du travail terminé était réelle.

Ensuite la joie a laissé sa place à une certaine crainte, celle que le livre ne plaise pas aux lecteurs, facteur qui n’est pas maîtrisable et qui me fait donc relativiser la joie d’être édité.

Quels ont été les retours des premiers lecteurs ? Que vous ont-ils dit sur votre livre ?

Les premiers retours sont positifs. En effet la colonne vertébrale du livre tient le lecteur en haleine. C’est ce que j’ai cherché à effectuer avec ce roman, donc je suis satisfait des premiers retours.

Néanmoins je n’ai eu des retours que de mon entourage donc j’attends celui des lecteurs qui me sont inconnus et dont je sais que l’objectivité sera totale.

Que retenez-vous de cette expérience d’édition par rapport à votre travail d’écriture ? En avez-vous tiré des enseignements ?

Je retiens qu’il est difficile, comme dans la vie, de vouloir dire quelque chose, l’écrire et que les mots soient compris dans le même sens que l’idée de base.

Ensuite je me suis aperçu que l’édition était le parcours du combattant, car bien des obstacles se dressent devant nous lorsque nous souhaitons être édités. A ce titre je remercie les éditions Maïa.

Quelle est l’originalité de votre livre selon vous ? A-t-elle été perçue par vos premiers lecteurs ?

Ce que je cherchais c’est qu’à l’issue de la lecture du roman le lecteur se dise « et si c’était vrai, et si les faits c’étaient réellement passés comme ça ?»

Par conséquent je modifie un contexte historique qui au final aurait très bien pu se dérouler ainsi. Mais à aucun moment je ne veux que mon roman ne soit qualifié de complotiste ou autre. Il s’agit uniquement d’une déformation de l’histoire pour les nécessités de mon roman.

Comment s’est passé votre travail d’écriture ? Avez-vous une méthode pour écrire ? Des rituels ou des astuces ?

Le processus fut assez long car entrecoupé de long moment de non écriture. En effet je suis resté plusieurs semaines voir plusieurs mois sans écrire, par manque de temps ou d’envie. Ensuite j’étais obligé de tout relire afin de me souvenir des détails et certains passages ne me plaisaient plus. Donc je recommençais.

Je n’ai pas de méthode particulière sauf que l’on se rend vite compte qu’il faut être au calme, dans sa bulle pour pouvoir écrire. Et le temps passe très vite lorsque l’on commence à taper sur les touches de son clavier.

Envisagez-vous d’écrire un autre livre ? Si oui, sur quoi avez-vous envie d’écrire pour ce prochain livre ?

Oui d’ailleurs j’ai déjà commencé sa rédaction. Je garde le même fil conducteur, à savoir un fait historique que je déforme pour les besoins du roman et deux espaces temps. Cette fois la thématique sera sur un fait de la seconde guerre mondiale en rapport avec un fait actuel.

J’aimerais le clôturer cette année mais les impératifs professionnels et personnels ne sont pas toujours favorables pour respecter les délais.

Jérôme Champagnol, auteur de Les Évangiles oubliés, disponible sur le site des Éditions Maïa. Cliquez ici pour le découvrir.