Au Nom du PERD.

Né en 1966, Jean Dorval s’inspire de la poésie romantique de Schiller et Keats depuis qu’il est adolescent. Il s’adonne au journalisme dès les années quatre-vingt-dix (presse écrite et radio). Parisien d’origine, il vit à Metz. Il est l’auteur de quinze recueils de poésie.

« Ce livre est digne d’un accouchement. Sa rédaction a débuté dans les années 1990/2000, avant et après la naissance de mes enfants. Puis, j’en ai poursuivi la rédaction après mon divorce, entre 2008 et 2020. Il a été le fruit d’une longue maturation et d’un travail sur soi, afin de pétrir les maux revendicatifs de PERD et les métamorphoser finalement en mots d’Amour filiaux. »

Ces vers libres et revendicatifs dépeignent magnifiquement la souffrance d’un parent qui se voit priver de ses enfants. Mais aussi celle des enfants pris dans un conflit de loyauté entre leurs deux géniteurs. Celui qui n’a pas la garde de ses enfants est souvent le Perdant. La distance et la douleur dans cet opus de poésie se trouvent superbement magnifiées, finissent par se sublimer en pure luminescence, en transcendance, et en pardon.

En faisant l’acquisition de ce nouvel opus de poésie signé Jean DORVAL, vous partagerez l’émotion d’un parent, Perdant certes, mais qui offre tout à ses Enfants, même de loin, transformant une situation injuste en équilibre retrouvé. Il s’agit là d’un témoignage magique menant à une sortie de crise magistrale.

Aussi, je fais aujourd’hui appel à vous pour réaliser ensemble ce projet d’édition. Je vous propose de contribuer à la naissance de ce livre original, d’actualité et positivé, et de devenir partenaires d’une création qui fait la part belle à l’Humain. Votre nom en tant que contributeur sera présent dans ce livre que vous recevrez en avant-première !

585,00 de préventes
6 Contributeurs
0 Days Left
Préventes :
59.09%
Objectif : 990,00
Projet abouti !

Extrait validé 1-14 (1)

 

« Après une séparation, le Parent qui ne peut voir ses Enfants devient vite le Perdant qu’il s’agisse d’un Père ou d’une Mère. Au Nom du PERD est un Recueil de Poésie éprouvant et émouvant dans lequel s’exprime à distance, par procuration, tout l’Amour d’un Père pour ses Enfants ; mais aussi ses Doutes et ses souffrances. Entre SMS, courriels, vidéos Skype et appels téléphoniques clairsemés, voire de très longs silences et une absence de visites, cette négation du Pater reste aussi une épreuve pour les Enfants.

Il faut alors que la Magie des Mots exprimée par le Father fasse ressentir tout l’Amour-Virtuel qu’il ressent pour ces Etres-Chairs qui ont finalement le plus beau des Héritages : la Tendresse. Ce livre entre révolte, douceur, dénonciation, commémoration, contradiction et sacralisation de Souvenirs passe pour un véritable plaidoyer d’Amour-Paternel, un Cri d’Alarme Affectif ! »

Extraits

« Mais plus effroyable encore et plus pesant était le silence qui se reformait sitôt que ce cri s’était tu et que je me retrouvais seul dans cet affreux silence. Ainsi je sentais le temps passer et traîner, si toutefois le temps existait encore (…) » (Extrait de Ainsi parlait Zarathoustra de Friedrich Nietzsche, Le Prophète)

« (…) Petit-PERD Rebelle

Descente aux Enfers programmée
Mêlée de Maux-dits
Disparus (ils sont) dans le Flou-Lointain
Outrageante Misère Inavouable
Maladie qui Ronge pour l’Eternité

Petit-PERD Rebelle
Un Jour tu sortiras du Fiel
Pour Retrouver tes Tant-Aimés
Et leur dire que
Tu ne les as Jamais oubliés (…) »

———————————

« (…) Une Semaine-sur-Deux

Une Semaine-sur-Deux
Angèle débarque dans sa Vie
Comme on entre sur Scène
Par une Porte de Saloon
Aller-et-Retour
Auréolée de Lumière
Pleine-de-Vie
D’Humour et de Tendresse

Elle en Disparaît
Aussi vite qu’Elle y Apparaît
Telle une Star
Qui quitterait son meilleur-Fan
S’en retournant
Sans se retourner dans L’Ombre (…) »

———————————

« (…) Il vous faudra racheter dans la personne de vos enfants le fait que vous êtes les fils de vos pères ; c’est ainsi que vous délivrerez tout le passé. (…) » (Extrait de Ainsi parlait Zarathoustra de Friedrich Nietzsche, Des tables anciennes et nouvelles)

———————————

« (…) C’est un P’tit-Gars !

Aux ultimes-Contractions
La Fontanelle en pleine Action
Vers la Lumière Tu tendais
Vers le Tourbillon de la Vie Tu te détendais

Ta Mère te secondait dans l’Effort
Ton Père lui prodiguait du Réconfort
Dans cette Communion-Solennelle
Tu es éclos de l’Antre-Maternelle (…) »

———————————

« (…) Balbutiements d’Ange

Écarquillement Merveilleux, Petites Billes anthracite
Pleurs sans Larmes
Plissement de Paupières, façon tacite
Tu paraissais sans armes

Fragile jusqu’au bout des Cils
Gémissement bredouillant
Fragile jusqu’au bout des Cils
Frémissement vaillant

Délicieuse Moue par ta Bouche formée
Cheveux noirs ondulés, pâmés
Ta Poitrine se soulevait, se rabaissait à Plaisir
L’inaccessible tes Doigts semblaient saisir

Joues charnues qui s’exposent
Joues empourprées au gré des Pauses
De Menottes en petites-Anémones de mer
Il te fallait peloter la Beauté de ta Mère (…) »

  • Les étapes de création

    Mon objectif est d'atteindre 990 € de préventes afin de rendre possible la réalisation des maquettes, la correction, l'impression et la promotion. C'est pourquoi je fais appel à vous, auteurs, lecteurs et amoureux des mots ! Votre précommande permettra à mon projet de devenir réalité grâce à une équipe de professionnels. Votre appui me sera précieux et vous recevrez vos contreparties dès la fin de la campagne.