Du blanc au noir 

Depuis ma retraite, je consacre au moins la moitié de mon temps à la passion d’écrire, qui m’animera certainement jusqu’à mon dernier jour. Tous mes livres sont inspirés par l’ouverture à l’Autre et sa compréhension ; cet ouvrage constitue une étape essentielle de cette démarche puisque je suis devenu l’Autre, en dépit de nos différences.

Je vous propose d’être acteur de la naissance de mon livre en m’aidant à faire de sa parution prochaine, avec les Editions Maïa, un succès. Plus les préventes seront nombreuses, plus mon livre sera promu et diffusé. En retour, vous serez présents dans le livre en page de remerciements et vous recevrez le livre en avant-première, frais de port inclus !

1 243,00 de préventes
33 Contributeurs
Préventes :
125.56%
Objectif : 990,00
Minimum amount is € Maximum amount is €

Ayant passé douze ans au Mali, dans un pays longtemps resté à la fois une vitrine de la démocratie et l’un des principaux alliés africains de la France (à tel point que les relations franco-maliennes ont impacté la campagne présidentielle de 2022), je me suis fixé pour mission d’aider à la compréhension entre français et maliens. Pour la majorité des français, nos relations bilatérales sont caractérisées par des aspects purement négatifs, qui se résument au poids de l’aide et à la perception essentiellement destructrice de l’immigration. Au-delà de la situation intérieure de ce pays, je suis donc convaincu que nos rapports ne retrouveront la sérénité nécessaire que lorsque nous aurons accrédité auprès du Mali, une position désintéressée, fondée sur un dialogue entre égaux. Pour ce faire j’ai décidé, brisant de nombreux tabous, de donner la parole à un jeune malien, ce qui à ma connaissance ne s’est à peu près jamais fait.

Extrait

Prêt ou don ?

Nous les africains, avons la chance que les toubabs soient toujours prêts à nous venir en aide, mais ils ne semblent pas décidés à nous rassurer sur la manière employée, pour réaliser cet objectif. C’est toujours le même problème avec eux, car même si personne n’oserait mettre en doute leur disponibilité, on ne sait jamais de quelle manière ils vont décider de le faire ; s’agit-il pour eux d’ouvrir son porte-monnaie, pour prêter des sous ou en donner ? C’est important parce que la quantité n’est jamais la même. En tout cas, la réponse devrait venir d’elle-même puisque chacun sait qu’on ne prête qu’aux riches.

C’est une décision essentielle qui en entraîne beaucoup d’autres, relativement à l’objet de cette transaction, ainsi qu’à son montant, conditionnant donc la suite des relations franco-africaines.
Chacun de nous a, bien entendu, son idée sur la façon de traiter un sujet aussi délicat, mais il est parfois un peu difficile de se faire entendre, auprès de ces gens qui ont exploré bien avant nous les chemins du développement. En fait, ils préfèrent généralement la solution du prêt parce que la seule chose dont ils nous font cadeau sans jamais lésiner sur la quantité, ce sont les déchets industriels qui encombrent tous les dépôts ; mais c’est juste pour s’en débarrasser parce que, malgré leur tri, ils ne savent pas quoi en faire.

Comme les blancs n’ont jamais réussi à comprendre exactement ce que nous attendons de leur générosité, ils se demandent juste, au moment de conclure, comment faire mieux que les Chinois. Et pour le savoir, ils se croient obligés de commencer par compter ce qui leur reste dans la caisse, bien avant de se demander ce qui pourrait faire l’objet d’un quelconque projet, et comment procéder pour le mener à bien. En tout cas, lorsqu’on s’aperçoit que la caisse est vide ou presque, il n’est pas recommandé de se lancer dans un don.

Le don et le partage, nous savons tous ce que c’est pour en avoir testé la pratique depuis des générations ; difficile de faire autrement puisque nous sommes plus fréquemment dans le besoin que dans l’aisance. Nous n’ignorons donc aucune des vertus que de tels gestes peuvent répandre sur une communauté. Forcément un don, ça coûte plus à celui qui en prend l’initiative, mais c’est la porte ouverte à un nouveau statut social ; et pour celui qui le reçoit, cela se traduit quand même par une dette, que l’on pourrait qualifier d’amitié.

Contreparties

6,00
- Un message de remerciement
- Votre nom de contributeur dans le livre
6 contributeurs
12,00
- Le livre en format ebook
- Votre nom de contributeur dans le livre
12 contributeurs
20,00
- Un exemplaire papier
- Une dédicace du livre en avant-première
- Votre nom de contributeur dans le livre
7 contributeurs
30,00
- Un exemplaire papier
- Une dédicace du livre en avant-première
- Le livre en format ebook
- Votre nom de contributeur dans le livre
3 contributeurs
49,00
- Un exemplaire papier
- Une dédicace du livre en avant-première
- Un second exemplaire à offrir à la personne de votre choix
- Le livre en format ebook
- Votre nom de contributeur dans le livre
3 contributeurs
79,00
- Un exemplaire papier
- Une dédicace du livre en avant-première- Deux autres exemplaires à offrir aux personnes de votre choix
- Le livre en format ebook
- Votre nom de contributeur dans le livre
- Un remerciement spécial au contributeur en couverture du livre
- Une rencontre avec l’auteur
2 contributeurs
  • Les étapes de création

    Mon objectif est d'atteindre 990 € de pré-ventes afin de rendre possible la réalisation des maquettes, la correction, l'impression et la promotion. C'est pourquoi je fais appel à vous, auteurs, lecteurs et amoureux des mots ! Votre précommande permettra à mon projet de devenir réalité grâce à une équipe de professionnels. Votre appui me sera précieux et vous recevrez vos contreparties dès la fin de la campagne.