Honneur d’animaux

J’ai enseigné la littérature en lycée où j’ai animé un atelier-théâtre pendant une dizaine d’années. J’ai fait écrire mes élèves, assez naturellement, puisque j’écrivais moi-même, inspiré par les poètes que j’ai enseignés souvent, comme Baudelaire, Rimbaud, Michaux, ou Supervielle, Aragon, etc.
J’ai publié d’abord des recueils de poèmes, un grand prix de poésie, d’autres distinctions et l’aide du CNL m’ont encouragé à poursuivre. Ce que j’ai fait avec ces deux contes qui sont la synthèse, en quelque sorte, de la poésie et de ma prose narrative : deux fables humanistes à portée éthique… et écologique !

Je vous propose d’être acteur de la naissance de mon livre en m’aidant à faire de sa parution prochaine, avec les Éditions Maïa, un succès. Plus les préventes seront nombreuses, plus mon livre sera promu et diffusé. En retour, vous serez présents dans le livre en page de remerciements et vous recevrez le livre en avant-première, frais de port inclus !

Retrouvez-moi sur Facebook.

704,00 de préventes
26 Contributeurs
0 Days Left
Préventes :
71.11%
Objectif : 990,00
Projet terminé
Creator
1 Projet(s)

Le thème majeur des deux contes est le rapport entre l’humanité et l’animal. On trouvera la complicité entre un cerf et un enfant dans le premier conte et la confrontation émerveillée d’un enfant avec un dauphin dans le second conte.

L’argument du premier conte est le suivant : Un garçon de 12 ans monte un cerf comme un cheval, par l’intermédiaire d’un vieil homme l’initiant aux mystères de la forêt. C’est le plan poétique et féérique. Le deuxième plan est réaliste, le garçon est amoureux d’une jeune Rom, du même âge, brillante en classe, ce qui dans leur collège et en ville provoque animosité et envie. Par ailleurs, le père du garçon est au service du maître d’équipage, un châtelain, riche industriel qui organise les chasses à courre et qui rêve de posséder la ramure hors-norme du cerf. L’aspect sociologique a son importance, et Noël aussi dont la communauté Rom sera le centre et aussi la cible de motards masqués. Le cerf sera alors comme une figure bienveillante et  totémique, symbole christique pour le curé du village.
Le lecteur est invité à partager le combat des amis du cerf contre les chasseurs, d’autant que dans l’histoire, les médias s’en mêlent ainsi que des groupes écologistes.

Dans “Cyprien le dauphin”, intitulé “Histoire extraordinaire”, j’imagine un dialogue entre l’animal et un garçon grâce à un logiciel qui a pu décrypter les sons émis par les dauphins. Procédé voltairien, qui permet de représenter notre humanité contemporaine à travers le point de vue d’un dauphin, dont le langage, même décrypté, ne se fonde pas sur nos critères humains. C’est l’occasion de connaître les mœurs des dauphins, en tentant de se défaire du filtre anthropique, mais ce n’est pas sans humour, puisque l’interlocuteur de Cyprien est encore un enfant, pré-adolescent ! Le tableau qu’il fait de notre propre société, il doit le dresser en fonction des réactions du dauphin…

Si ces deux contes s’adressent d’abord à un public plutôt jeune, à condition d’être éclairé par un adulte, ils sont en réalité à lire sans limite d’âge.

Extrait de Honneur d’animaux par Yannick Girouard :

  • Les étapes de la création

    Mon objectif est d'atteindre 990 € de pré-ventes afin de rendre possible la réalisation des maquettes, la correction, l'impression et la promotion. C'est pourquoi je fais appel à vous, auteurs, lecteurs et amoureux des mots ! Votre précommande permettra à mon projet de devenir réalité grâce à une équipe de professionnels. Votre appui me sera précieux et vous recevrez vos contreparties dès la fin de la campagne.