La terrasse du Musset

Dans la bouche d’un personnage imaginaire, l’auteur mêle ses souvenirs d’enfance aux terribles actions de la résistance à la décolonisation de son pays. Naissance d’une amitié entre deux hommes qui croient se connaître et d’une liaison sentimentale, entre une femme qui perd l’homme qu’elle aime et un jeune combattant qui perd la ville qui l’a vu naître.

Deux passions qui se perdent pour se réunir et n’en faire qu’une. Dans un monde qui sombre dans un quotidien d’une extrême violence, le narrateur ne nous cache rien, laissant heureusement parfois surgir l’humour dans ses propos.

On y trouvera l’évocation d’un tragique chapitre de l’histoire de notre pays et les anecdotes vécues au jour le jour qui aident souvent à comprendre la grande Histoire, en chassant les idées reçues. Les nostalgiques, qui reconnaîtront ce monde disparu, revivront la description brutale et réaliste d’une insurrection, humanisée par des personnages d’une grande sensibilité.

Il fait aujourd’hui appel à vous pour réaliser ensemble ce projet d’édition. Il vous propose de contribuer à la naissance d’un livre et de devenir des partenaires pour cette création. Votre nom en tant que contributeur sera présent dans le livre et vous recevrez le livre en avant-première !

1 138,00 de préventes
27 Contributeurs
0 Days Left
Préventes :
115.0%
Objectif : 990,00
Projet abouti !
Creator
1 Projets | 0 Projets favoris

Description

Extrait 1-15 (1)

 

Un ancien membre des commandos O.A.S. nous raconte sa rencontre en 1961, dans un bar d’Oran, ville dont il est originaire, avec un détective alsacien arrivé dans cette cité à la recherche d’une jeune Allemande disparue de son pays. Il nous conte comment il se lia d’amitié avec lui et l’aida à retrouver et protéger malgré elle cette jeune femme, égarée dans un groupe de police parallèle qu’il s’apprêtait avec son commando, à éradiquer.

Entre fureur et nostalgie, dans cette ville embrasée par la guérilla urbaine où chacune de ses actions lui rappelle paradoxalement un souvenir heureux de son enfance, il ne nous cache rien de la violence de ses actes. Il nous fait vivre, au jour le jour, au sein de son quartier, la dernière année d’existence française de cette métropole et sa lutte désespérée contre les forces gouvernementales et le terrorisme F.L.N. Il nous dit sa haine pour ceux qui veulent effacer son identité en le chassant de sa ville et sa rancœur pour ceux qui ont méprisé cette cité, la jugeant trop près de l’Espagne et pas assez de l’Afrique.

L’attachement qu’il va se découvrir pour cette femme étrangère qu’il tente d’exfiltrer de la ville, à l’encontre de ses sentiments, l’aideront finalement à consommer sa défaite à la terrasse du Musset, ce bistrot sous les arcades oranaises.

Extrait

« Assis sur un tabouret au comptoir, en compagnie de Roger qui jouait au flipper derrière moi, j’écoutais Édith Piaf répéter aux buveurs d’anisette, sur le juke-box du père Sintes, qu’elle ne regrettait rien. Des images du passé revinrent encore une fois dans mon esprit pour disparaître aussitôt, les unes après les autres, comme happées dans le courant d’un maelstrom. Je revoyais les arcades du centre de la ville grouillant d’une vie en perpétuelle agitation. À l’heure de l’apéritif, les cafés étaient remplis d’amateurs d’anisette qui coulait à flots, au milieu des petites assiettes d’olives et d’escargots à la sauce piquante. Disparu.

Je me souvenais de ce vendeur de petits beignets aux anchois qui parcourait les terrasses des bars, son plateau sur l’épaule, en prétendant, à grands cris, que ces entremets étaient recommandés par les plus hautes sommités médicales et qu’elles étaient remboursées par la sécurité sociale. Les gens se bousculaient devant sa plaque de tôle à l’attrait irrésistible à ces heures de fin de matinée. Disparu. Ouvriers et dactylos qui ne rentraient pas toujours pour déjeuner chez eux à midi se retrouvaient également devant les marchands de brochettes qui parfumaient le quartier avec leurs foyers crépitant sur le bord des trottoirs. »

  • Les étapes de création

    Mon objectif est d'atteindre 990 € de préventes afin de rendre possible la réalisation des maquettes, la correction, l'impression et la promotion. C'est pourquoi je fais appel à vous, auteurs, lecteurs et amoureux des mots ! Votre précommande permettra à mon projet de devenir réalité grâce à une équipe de professionnels. Votre appui me sera précieux et vous recevrez vos contreparties dès la fin de la campagne.