L’enfant, le sage et le virus

Je suis passionné de nature, réaliste sur la situation actuelle de notre environnement et souhaite aider à éveiller les consciences sur notre avenir commun.

Il s’agit d’un dialogue original entre une enfant et un vieil homme qui interpelle le lecteur sur notre environnement et la situation qui est la nôtre suite à la pandémie. L’idée est de s’interroger sur le pourquoi en est-on arrivés là, les causes, les circonstances et les problèmes que cela risque de générer dans un futur plus ou moins proche.

Je fais aujourd’hui appel à vous pour réaliser ensemble ce projet d’édition. Je vous propose de contribuer à la naissance d’un livre et de devenir des partenaires pour cette création. Votre nom en tant que contributeur sera présent dans le livre et vous recevrez le livre en avant-première !

1 488,00 de préventes
41 Contributeurs
0 Days Left
Préventes :
150.30%
Objectif : 990,00
Projet abouti !
Creator
1 Projet(s)

Description

Extrait validé 1-9

1er extrait :

L’enfant : On entend les gens dire : « On va l’avoir ce virus de m…, on va la tuer cette salop… de virus ! »

Le sage : Oui, c’est une réaction de peur tout à fait normale.

« La fillette parut embarrassée ».

L’enfant : Mais … si ce virus se répand si vite, si fort, c’est bien parce que l’être humain a envahi la terre, se déplace partout, se concentre dans des grandes villes et qu’il est allé peut-être défricher des zones à risques.

Le sage : Oui, c’est exact à ceci près que ce virus ne se déplace nulle part.

L’enfant : Comment ça il ne se déplace nulle part ?

Le sage : Tu peux poser ce coronavirus sur une paillasse de laboratoire et revenir dix ans plus tard, il sera toujours là, il n’a ni pattes, ni ailes lui permettant d’aller et venir à sa guise.

Quand je dis dix ans, c’est un trait d’humour, d’après les scientifiques, au bout de quelques jours voire de quelques heures, il disparait de lui-même.

L’enfant : C’est l’homme qui le transporte alors ?

Le sage : Ce virus se fixe dans les cellules de l’être humain qui, se déplaçant à une telle vitesse et avec une concentration de population jamais atteinte auparavant fait que l’humanité toute entière est atteinte en quelques semaines.

L’enfant : Donc quand on s’affole de cette propagation, c’est finalement juste un constat, nous prenons simplement conscience de la vitesse à laquelle nous, êtres humains, nous déplaçons !

« La perspicacité de l’enfant le stupéfia encore une fois ».

Le sage : Oui, c’est exactement cela, l’Homme a besoin de tels séismes pour comprendre enfin dans quelle voie il s’est engagé …

 

2ème extrait :

… Analyse les mots que nous employons dans notre langage de tous les jours et cherche ceux qui se rapportent à la vitesse plutôt qu’à la sagesse.

L’enfant : Euh… TGV pour le train à grande vitesse.

Le sage : Oui, c’est juste.

L’enfant : Le haut débit pour plus de vitesse de fonctionnement des ordinateurs.

Le sage : Exact.

L’enfant : Le Fast-Food pour manger en vitesse.

Le sage : Toujours vrai.

L’enfant : Les commandes de biens à distance et les livraisons en drive pour tout avoir en vitesse.

Le sage : Absolument.

Tu comprends maintenant pourquoi tant de gens sont mal à l’aise, tout va trop vite, nous n’avons plus le temps de nous adapter.

De là en découlent tous les symptômes de notre vie moderne avec le mal de dos, mal de ventre, mal de tête, mauvaise nuit, dépression et ainsi de suite …

La vie n’a plus de sens pour beaucoup d’entre nous.

Or la nature a horreur de la vitesse.

Sais-tu combien de temps met une graine de carotte ou de haricot pour lever ?

L’enfant : Plusieurs semaines.

Le sage : Et un fruit pour arriver à maturité ?

L’enfant : Plusieurs mois.

Le sage : Et un arbre pour pousser ?

L’enfant : Plusieurs décennies voire des siècles.

Certains arbres ont mille ans, c’est vrai ?

Le sage : Oui, les plus vieux ont connu le moyen âge !

« Elle ouvrit de grands yeux ébahis ».

L’enfant : C’est fantastique !

Le sage : Oui et cela montre le décalage entre notre envie de vitesse et le temps qu’il faut à la nature pour se régénérer …

 

  • Les étapes de la création

    Mon objectif est d'atteindre 990 € de préventes afin de rendre possible la réalisation des maquettes, la correction, l'impression et la promotion. C'est pourquoi je fais appel à vous, auteurs, lecteurs et amoureux des mots ! Votre précommande permettra à mon projet de devenir réalité grâce à une équipe de professionnels. Votre appui me sera précieux et vous recevrez vos contreparties dès la fin de la campagne.