Rescapé de la Covid-19

Rescapé de la covid-19, Karim Rekik est miraculeusement revenu à la vie après 45 jours passés dans le coma.

Je vous propose d’être acteur de la naissance de mon livre en m’aidant à faire de sa parution prochaine, avec les Editions Maïa, un succès. Plus les préventes seront nombreuses, plus mon livre sera promu et diffusé. En retour, vous serez présents dans le livre en page de remerciements et vous recevrez le livre en avant-première, frais de port inclus !

528,00 de préventes
19 Contributeurs
Préventes :
53.33%
Objectif : 990,00
Minimum amount is € Maximum amount is €
Creator
1 Projet(s)

L’ouvrage intitulé « Rescapé de la covid-19 » est le récit biographique, fin et touchant, conté sur 365 pages, d’un jeune père de famille frappé par le coronavirus. Un homme dans la force de l’âge, mari et père, mais aussi fils et frère, comblé par la vie, est frappé de plein fouet par la covid-19, au tout début de la pandémie mondiale, un peu comme on est frappé par la foudre. Nous le suivons tout au long de cette maladie d’un nouveau genre, longue et éprouvante dont il affronte l’une des pires versions. L’auteur se bat et s’interroge, c’est la question de la mort qui se pose, puis de la résilience et des efforts pour réapprendre à vivre.

Il passera 45 jours dans le coma, en réanimation, durant le premier confinement, avant de revenir miraculeusement à lui sans que les médecins n’y trouvent quelque explication que ce soit. Une fois de retour dans le monde des vivants, il sera totalement prisonnier de son corps. Il ne pourra plus bouger ou parler. Il se battra alors sans relâche contre lui-même à chaque instant pour retrouver ses facultés et ainsi se libérer de sa prison de chair.

Le récit est à la fois vif et profond ; la langue est claire. L’ouvrage aborde un sujet de société douloureux mais avec une certaine légèreté et parfois même avec humour. Le personnage principal se pose des interrogations sur le sens de cette forte expérience, tant pour soi que pour ses proches mais plus largement pour l’ensemble de l’humanité. Partant, on est souvent bouleversé, voire révolté mais surtout assurément emporté par la leçon de persévérance et de courage d’un véritable rescapé de la covid-19.

Une partie des bénéfices sera reversée à Karim Rekik et à sa famille ; l’autre moitié à une association.

Extrait

« Je n’avais plus qu’une idée en tête : me voir dans un miroir. J’avais dû subir une énorme transformation physique pour que mes enfants ne me reconnaissent plus. Mon épouse venait tout juste de les coucher lorsque je lui demandais son aide pour me transporter jusqu’au grand miroir de notre chambre à coucher. Elle me porta laborieusement jusque dans cette pièce. À peine entré, je fus frappé par d’atroces souvenirs qui défilèrent dans mon esprit en un dixième de seconde. C’était là que tout avait commencé. Je ne supportais pas cet endroit mais je devais me voir dans la glace, de la tête au pied. Ma moitié m’allongea alors sur le lit et me dévêtit complètement. Ma démarche, si étonnante fut-elle, était légitime. Mon épouse ne me posait pas de questions, elle me soutenait profondément, s’exécutait simplement. Je n’arborais plus qu’une couche remplie de déjection et de honte. Elle me releva puis me maintenait debout face au miroir avec difficulté.

Mon reflet se mirait alors dans la glace. Je poussai, instantanément, un cri involontaire. Je ne me reconnaissais pas moi-même. J’étais très amaigri, j’avais les joues creuses, des cernes noires, les pommettes protubérantes, les côtes saillantes, mes bras étaient squelettiques, pas plus épais qu’une baguette. Je pesais 108 kilos lorsque l’on m’avait admis à l’hôpital, j’en faisais à peine 60 à ma sortie. En d’autres termes, j’avais perdu 48 kilos. J’étais devenu rachitique. Je pouvais faire le tour de ma cuisse en joignant mon pouce et mon majeur. J’étais d’une pâleur fantomale, hâve, j’avais une teinte cadavérique avec l’impression qu’une épaisse couche de poussière me recouvrait l’intégralité du corps. En sus, j’avais moult hématomes et cicatrices, des trous dans la tête avec de petites touffes de cheveux qui se battaient en duel ici et là. J’étais devenu un vieillard en décrépitude alors que je n’avais que 28 ans. C’était effrayant, je n’étais plus rien, moribond, un homme sans vie, un mort qui n’était juste pas encore passé de l’autre côté. J’étais un vrai mort-vivant, un zombi. Mon expression était vide. J’avais l’impression de fixer la mort dans les yeux ; ce n’était en réalité que mon propre regard. La faucheuse avait épelé mon prénom, maintenant elle me tutoyait. »

 

Contreparties

6,00
- Un message de remerciement
- Votre nom de contributeur dans le livre
4 contributeurs
12,00
- Le livre en format ebook
- Votre nom de contributeur dans le livre
3 contributeurs
20,00
- Un exemplaire papier
- Une dédicace du livre en avant-première
- Votre nom de contributeur dans le livre
7 contributeurs
29,00
- Un exemplaire papier
- Une dédicace du livre en avant-première
- Le livre en format ebook
- Votre nom de contributeur dans le livre
1 contributeurs
45,00
- Un exemplaire papier
- Une dédicace du livre en avant-première
- Un second exemplaire à offrir à la personne de votre choix
- Le livre en format ebook
- Votre nom de contributeur dans le livre
1 contributeurs
75,00
- Un exemplaire papier
- Une dédicace du livre en avant-première
- Deux autres exemplaires à offrir aux personnes de votre choix
- Le livre en format ebook
- Votre nom de contributeur dans le livre
- Un remerciement spécial au contributeur en couverture du livre
- Une rencontre avec l auteur
3 contributeurs
  • Les étapes de création

    Mon objectif est d'atteindre 990 € de pré-ventes afin de rendre possible la réalisation des maquettes, la correction, l'impression et la promotion. C'est pourquoi je fais appel à vous, auteurs, lecteurs et amoureux des mots ! Votre précommande permettra à mon projet de devenir réalité grâce à une équipe de professionnels.