Toujours le premier soir

Je suis une femme active, libre, amoureuse de la vie, éprise de littérature et d’écriture. J’écoute les histoires des gens que je rencontre, je les mélange et m’en inspire pour inventer mes personnages. J’écris régulièrement, ai terminé plusieurs romans jamais publiés, celui-ci me tient particulièrement à cœur.

Je vous propose d’être acteur de la naissance de mon livre en m’aidant à faire de sa parution prochaine, avec les Editions Maïa, un succès. Plus les préventes seront nombreuses, plus mon livre sera promu et diffusé. En retour, vous serez présents dans le livre en page de remerciements et vous recevrez le livre en avant-première, frais de port inclus !

1 488,00 de préventes
74 Contributeurs
0 Days Left
Préventes :
150.30%
Objectif : 990,00
Projet abouti !
Creator
1 Projet(s)
Extrait validé 1-15

 

Ce roman vous fera suivre le parcours amoureux et sexuel d’une femme mature et libre. Souvent limitées à l’heure de la retraite aux sphères familiale et associative, les femmes de plus de soixante ans sont peu montrées dans leur vie intime, encore souvent considérée comme taboue. Le regard social sur la sexualité des femmes matures, s’il évolue un peu, est encore loin d’être bienveillant et approbateur, on préfère faire comme si le sujet n’existait pas. Et pourtant, de nos jours, les femmes matures sont aussi belles, sportives, intelligentes, et savent exprimer et satisfaire leurs désirs. Elles savent utiliser les moyens modernes de rencontre, fréquentent les sites officiels, sont largement sollicitées sur les réseaux sociaux, et victimes d’arnaques que toutes ne savent pas déjouer. Elles peuvent tomber amoureuses, être déçues, avoir des amants, être libres, comme Emma, mon personnage avec lequel vous ne vous ennuierez pas.
Rejoignez la précampagne de promotion de mon roman pour lui donner toutes ses chances d’être publié !

Extrait

Il y a des compagnies, de la compagnie, pour celles et ceux qui craignent la solitude. Qui peuvent être des hommes, ou des femmes, histoire de passer le temps, d’avoir quelqu’un à qui parler, ce qui se résume souvent à écouter, tant la compagnie a besoin de parler, c’est ancré, profond, elle te laisse quelques minutes, secondes de parole pour aussitôt rebondir sur elle-même. Alors mieux vaut le silence. Et écouter quand elle le décide.

Et il y a les hommes. C’est autre chose. La puissance du corps. Une autre attente que celle d’une compagnie. Quand le corps de l’autre n’est plus que compagnie, il se désexualise. Perdu le jeu de la séduction, les pas en avant, de côté, qui préparent la rencontre. Perdue la montée en puissance érotique de la découverte d’un corps, d’un autre, de la fusion brutale et éphémère. Peut-être certaines arrivent-elles à maintenir, avec le même homme, quelque chose de ressemblant, loin de la simple compagnie. Peut-être certaines décident-elles que la compagnie vaut mieux, et se persuadent-elles qu’elles n’ont plus besoin d’autre chose, que la tendresse leur suffit.

La compagnie, très peu pour Emma. Et toujours en été… Plus hasardeux, le jeu de la séduction. Excitant, déroutant, grisant, décevant. Il t’y faut une belle force de caractère. Le prix à payer pour écouter des histoires et t’embarquer dans des moments de plénitude.

Textos, WhatsApp, en instantané, à jet continu quand ça démarre. Obligée de calmer le jeu au bout d’un moment, sinon elle y passe la journée. Quand même prendre le temps de les lire vraiment, ces instantanés, les survols rapides dévastateurs peuvent te bousiller une situation bien amorcée en une paire de secondes. Denis revient à la charge, tous les jours, on ne peut pas lui enlever sa constance. Toujours une pensée pour toi. Je t’attends. Yannick envoie un avatar de temps en temps sur Messenger, rappelle qu’il attend. Éric se fait plus discret. Plus juste aussi. Un coucou, une allusion à la Bovary, Emma, elle lui a expliqué, il est fier de citer Flaubert – qu’il n’a pas lu. Tout en finesse. D’anciens numéros bipent. Demandent quelques nouvelles. Répondre, plus tard.

Là, c’est le téléphone qui sonne, plus rare ! Un nom s’affiche, Guillaume. Occupée. Ne peut pas décrocher. Tu regardes à qui renvoie ce nom, une histoire qui se reconstitue. À peine amorcée, des échanges, téléphone, textos. Terminée sur des éclats vifs, des mots qui blessent.

(ch. 1)

  • Les étapes de création

    Mon objectif est d'atteindre 990 € de pré-ventes afin de rendre possible la réalisation des maquettes, la correction, l'impression et la promotion. C'est pourquoi je fais appel à vous, auteurs, lecteurs et amoureux des mots ! Votre précommande permettra à mon projet de devenir réalité grâce à une équipe de professionnels.