Latest News

Entretien avec Katia Fontbonne Alibrandi – Entre ici et là, où es-tu ?

Quel a été votre sentiment quand votre livre est paru ?

Mon papa de cœur était à l’hôpital depuis le début d’année et on m’a informée autour du 14 janvier lorsqu’il était en fin de vie. J’ai profité de chaque instant jusqu’à son dernier souffle. J’ai bercé et apaisé son dernier voyage avec la lecture de textes tels que Les Chemins du sacré de Frédéric Lenoir, des chansons de Jean Ferrat, mais aussi celles que je lui chantais quand il était éveillé, loin de cette foutue « mal a dit ». Je lui ai parlé de mon livre qui allait être édité, il m’a souri et j’ai lu dans son regard qu’il était fier de moi. Il est décédé le 20 janvier 2021, le jour de la sortie du livre ! Il n’y a pas de hasard que des synchronicités. Pour moi, c’est un hommage en sa mémoire et lui dire que j’avais pardonné et qu’il pouvait reposer en paix. Désormais, il fait du vélo avec mon oncle André et partage de doux moments avec ceux déjà partis de l’autre côté. Il a retrouvé sa joie de vivre malgré ses inquiétudes, c’est un veilleur de cœur.

Quels ont été les retours des premiers lecteurs ? Que vous ont-ils dit sur votre livre ?

Les personnes sont restées discrètes, peu de mots mais les essentiels. Elles ont ressenti ma force et à la fois ma fragilité. D’autres m’ont dit qu’elles avaient été bouleversées et avaient beaucoup pleuré, mais que pour notre famille, c’était bien parce que je la libérais de notre karma lourd à porter. De nombreuses femmes se sont retrouvées. Elles en ont fait leur livre de chevet comme un manuel de guérison. Elles m’ont confié se sentir moins seules et avoir des clefs pour pouvoir soigner leurs blessures, mais aussi celles de leur lignée ascendante et descendante. Et les hommes, que je ne ménage pas dans mon récit, se sont sentis apaisés et ont compris que leur mode de fonctionnement date d’une époque erronée. Ils ont accepté leur émotionnel, leur côté yin et leur part de responsabilité. Ils réparent de leur mieux le mal qu’ils ont engendré auprès de la gent féminine, par des comportements dictés par leur égo et leur pouvoir de domination, et aujourd’hui quand je les croise ils sont plus vulnérables, sensibles et attentionnés. Ils ont changé et sont, eux aussi, en voie de guérison.

Que retenez-vous de cette expérience d’édition par rapport à votre travail d’écriture ? En avez-vous tiré des enseignements ?

Je suis heureuse que mon livre ait vu le jour. Je sais, par expérience, que l’art thérapie par l’écriture est une bonne méthode pour soigner ses maux. J’invite ma clientèle à le faire pour se libérer du passé et avancer sereinement. Le premier enseignement que je ressens est une forme d’aboutissement, de concrétisation d’un projet qui me tenait à cœur. Dire à quelqu’un « Je te demande Pardon, Désolée, Merci, Je t’aime » ne sont pas des mots faciles à prononcer, mais ce sont des fondations solides et stables pour continuer à cheminer.

Quelle est l’originalité de votre livre selon vous ? A-t-elle été perçue par vos premiers lecteurs ?

Il éveille la curiosité, il fait parler parce qu’un grand nombre pensait me connaître mais ne me connaissait pas réellement. Ils se laissaient porter par leur imagination, une certaine forme de projection sur ce qu’ils pensaient de moi ou de ce qu’ils auraient aimé voir en réalité. Quand mes lecteurs ont lu le livre, ils se sont aperçus que tout cela leur appartenait et révélaient leur véritable personnalité et non la mienne. Ce n’est pas facile de réaliser que c’est avec soi-même que l’on a un conflit intérieur et non avec l’autre. Il faut du courage pour le conscientiser, acquérir de la maturité et de la sagesse pour commencer un travail de développement personnel. Mes lecteurs ont été touchés en plein cœur et ont découvert qui je suis. Ils ont commencé à sortir du déni et accepté leur part de responsabilité. Pour moi, c’est une belle réussite même si mon livre révèle un grand nombre de secrets, je souhaite aussi qu’il coupe les liens toxiques d’emprise et qu’ils permettent à chacun de sortir de la dualité.

Comment s’est passé votre travail d’écriture ? Avez-vous une méthode pour écrire ? Des rituels ou des astuces ?

Je me suis retirée du monde et j’ai écouté mes émotions et mes sentiments. Je me suis laissée portée par tout ce que je ressentais. J’ai médité, marché, puisé au fond de moi et laissé parler ma petite fille intérieure qui avait besoin de s’exprimer, de hurler et de crier SA vérité. J’ai beaucoup pleuré quand j’ai écrit mon livre. Quand il m’arrive de relire certains paragraphes je sens arriver l’émotion, mais j’ai appris à l’accueillir sans jugement, sans analyse, je la vis pleinement et la transforme en bénédiction.

Envisagez-vous d’écrire un autre livre ? Si oui, sur quoi avez-vous envie d’écrire pour ce prochain livre ?

Oui j’ai d’autres projets en cours. L’un sera sous la forme d’un jeu d’illustrations et l’autre, ce sera un roman d’amour…

Katia Fontbonne Alibrandi, auteure de Entre ici et là, où es-tu ?, disponible sur le site des Éditions Maïa. Cliquez ici pour le découvrir.

Scroll to top